Les talibans aux portes de Kaboul

Les talibans resserraient samedi leur emprise autour de Kaboul, où l'humeur des habitants et des personnes ayant fui l'avancée des insurgés était sombre, alors que les États-Unis et d'autres pays occidentaux se préparaient à évacuer leurs diplomates et ressortissants.

En à peine plus d'une semaine, les talibans ont pris le contrôle de presque tout le nord, l'ouest et le sud de l'Afghanistan, et sont arrivés aux portes de Kaboul. Ils ne sont plus qu'à 50 km de la capitale et ne montrent aucun signe de vouloir ralentir leur marche.

De violents combats avaient aussi lieu samedi autour de Mazar-i-Sharif, capitale de la province de Balkh, où l'armée afghane a mené de nouvelles frappes aériennes. Ce carrefour commercial est la seule grande ville du nord du pays dont les talibans n'aient pas encore pris le contrôle.

Outre Kaboul et Mazar-i-Sharif, Jalalabad (est), Gardez et Khost (sud-est) sont les seules autres grandes villes encore contrôlées par le gouvernement. Mais étant situées sur des terres dominées par l'ethnie pachtoune, dont sont issus les talibans, elles ne devraient pas résister longtemps.

Les Occidentaux s'apprêtent à évacuer

Les États-Unis entendent évacuer des "milliers de personnes par jour" et pour cela le Pentagone va déployer avant la fin du week-end 3.000 soldats à l'aéroport de la capitale, a précisé vendredi son porte-parole, John Kirby. Un premier contingent de US Marines est arrivé dans la capitale où il aura pour rôle de sécuriser les évacuations du personnel diplomatique, ainsi que d'Afghans ayant travaillé pour les États-Unis et craignant des représailles des talibans.

L'ambassade des États-Unis à Kaboul a ordonné à son personnel de détruire les documents sensibles et symboles américains qui pourraient être utilisés par les talibans "à des fins de propagande".

Londres a parallèlement annoncé le redéploiement de 600 militaires pour aider les ressortissants britanniques à partir.

Plusieurs pays - Pays-Bas, Finlande, Suède, Italie et Espagne - ont également annoncé vendredi la réduction au strict minimum de leur présence dans le pays, ainsi que des programmes de rapatriement de leurs employés afghans. L'Allemagne va aussi réduire son personnel diplomatique "au minimum absolu". D'autres, dont la Norvège et le Danemark, ont préféré fermer provisoirement leurs ambassades. La Suisse, qui n'y dispose pas d'ambassade, a annoncé le rapatriement de quelques collaborateurs helvétiques et d'une quarantaine d'employés locaux.

Ce retrait doit être achevé d'ici le 31 août. Joe Biden a depuis affirmé ne pas regretter sa décision, même si la rapidité avec laquelle l'armée afghane s'est désintégrée a surpris et déçu les Américains, qui ont dépensé plus de 1.000 milliards de dollars pour la former et l'équiper.

Des combattants talibans se tiennent sur un véhicule au bord de la route à Herat, la troisième plus grande ville d'Afghanistan, après le retrait des forces gouvernementales., AFP
Des combattants talibans se tiennent sur un véhicule au bord de la route à Herat, la troisième plus grande ville d'Afghanistan, après le retrait des forces gouvernementales. © AFP

Crainte pour l'avenir

Pour les habitants de Kaboul et les dizaines de milliers de personnes qui ont fui leur foyer ces dernières semaines pour se réfugier dans la capitale, la peur prédomine.

"Je pleure jour et nuit quand je vois que les talibans forcent des jeunes filles à épouser leurs combattants", a confié à l'AFP Muzhda, 35 ans, une femme célibataire arrivée dans la capitale avec ses deux soeurs, après avoir quitté la province de Parwan, un peu plus au nord. "J'ai refusé des propositions de mariage par le passé (...) Si les talibans viennent et me forcent à les épouser, je me suiciderai", prévient-elle.

Dawood Hotak, 28 ans, un commerçant de Kaboul, est aussi "inquiet pour l'avenir" de ses jeunes soeurs et ne sait pas "ce qui va leur arriver". "Si la situation devient vraiment mauvaise, alors qui quitterons l'Afghanistan une nouvelle fois, comme nous l'avons fait au début des années 1990", assure-t-il.

Beaucoup d'Afghans - les femmes en particulier -, habitués à la liberté qu'ils ont connue ces 20 dernières années, craignent un retour au pouvoir des talibans. Lorsqu'ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001, avant d'être chassés du pouvoir par une coalition internationale dirigée par les États-Unis, les talibans avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique.

Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d'aller à l'école. Les femmes accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées.

"Il est particulièrement horrifiant et déchirant de voir que les droits durement acquis par les filles et les femmes afghanes sont en train de leur être enlevés", a déclaré vendredi le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Mettre fin à la guerre

Des "consultations" sont en cours pour trouver rapidement une solution politique garantissant la "paix et la stabilité" en Afghanistan, a déclaré le président afghan, Ashraf Ghani, lors d'une adresse à la Nation, tout en appelant à la remobilisation des forces armées.

"J'ai commencé des consultations", qui "avancent rapidement", au sein du gouvernement, avec des responsables politiques, les partenaires internationaux, pour trouver "une solution politique dans laquelle la paix et la stabilité soient prévues pour le peuple afghan", a déclaré M. Ghani. "La remobilisation de nos forces de sécurité et de défense est notre priorité numéro un", a-t-il ajouté.

Les talibans resserraient samedi leur emprise autour de Kaboul, où l'humeur des habitants et des personnes ayant fui l'avancée des insurgés était sombre, alors que les États-Unis et d'autres pays occidentaux se préparaient à évacuer leurs diplomates et ressortissants.En à peine plus d'une semaine, les talibans ont pris le contrôle de presque tout le nord, l'ouest et le sud de l'Afghanistan, et sont arrivés aux portes de Kaboul. Ils ne sont plus qu'à 50 km de la capitale et ne montrent aucun signe de vouloir ralentir leur marche. De violents combats avaient aussi lieu samedi autour de Mazar-i-Sharif, capitale de la province de Balkh, où l'armée afghane a mené de nouvelles frappes aériennes. Ce carrefour commercial est la seule grande ville du nord du pays dont les talibans n'aient pas encore pris le contrôle. Outre Kaboul et Mazar-i-Sharif, Jalalabad (est), Gardez et Khost (sud-est) sont les seules autres grandes villes encore contrôlées par le gouvernement. Mais étant situées sur des terres dominées par l'ethnie pachtoune, dont sont issus les talibans, elles ne devraient pas résister longtemps. Les États-Unis entendent évacuer des "milliers de personnes par jour" et pour cela le Pentagone va déployer avant la fin du week-end 3.000 soldats à l'aéroport de la capitale, a précisé vendredi son porte-parole, John Kirby. Un premier contingent de US Marines est arrivé dans la capitale où il aura pour rôle de sécuriser les évacuations du personnel diplomatique, ainsi que d'Afghans ayant travaillé pour les États-Unis et craignant des représailles des talibans. L'ambassade des États-Unis à Kaboul a ordonné à son personnel de détruire les documents sensibles et symboles américains qui pourraient être utilisés par les talibans "à des fins de propagande". Londres a parallèlement annoncé le redéploiement de 600 militaires pour aider les ressortissants britanniques à partir. Plusieurs pays - Pays-Bas, Finlande, Suède, Italie et Espagne - ont également annoncé vendredi la réduction au strict minimum de leur présence dans le pays, ainsi que des programmes de rapatriement de leurs employés afghans. L'Allemagne va aussi réduire son personnel diplomatique "au minimum absolu". D'autres, dont la Norvège et le Danemark, ont préféré fermer provisoirement leurs ambassades. La Suisse, qui n'y dispose pas d'ambassade, a annoncé le rapatriement de quelques collaborateurs helvétiques et d'une quarantaine d'employés locaux. Ce retrait doit être achevé d'ici le 31 août. Joe Biden a depuis affirmé ne pas regretter sa décision, même si la rapidité avec laquelle l'armée afghane s'est désintégrée a surpris et déçu les Américains, qui ont dépensé plus de 1.000 milliards de dollars pour la former et l'équiper. Pour les habitants de Kaboul et les dizaines de milliers de personnes qui ont fui leur foyer ces dernières semaines pour se réfugier dans la capitale, la peur prédomine. "Je pleure jour et nuit quand je vois que les talibans forcent des jeunes filles à épouser leurs combattants", a confié à l'AFP Muzhda, 35 ans, une femme célibataire arrivée dans la capitale avec ses deux soeurs, après avoir quitté la province de Parwan, un peu plus au nord. "J'ai refusé des propositions de mariage par le passé (...) Si les talibans viennent et me forcent à les épouser, je me suiciderai", prévient-elle. Dawood Hotak, 28 ans, un commerçant de Kaboul, est aussi "inquiet pour l'avenir" de ses jeunes soeurs et ne sait pas "ce qui va leur arriver". "Si la situation devient vraiment mauvaise, alors qui quitterons l'Afghanistan une nouvelle fois, comme nous l'avons fait au début des années 1990", assure-t-il. Beaucoup d'Afghans - les femmes en particulier -, habitués à la liberté qu'ils ont connue ces 20 dernières années, craignent un retour au pouvoir des talibans. Lorsqu'ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001, avant d'être chassés du pouvoir par une coalition internationale dirigée par les États-Unis, les talibans avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique.Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d'aller à l'école. Les femmes accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées. "Il est particulièrement horrifiant et déchirant de voir que les droits durement acquis par les filles et les femmes afghanes sont en train de leur être enlevés", a déclaré vendredi le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Des "consultations" sont en cours pour trouver rapidement une solution politique garantissant la "paix et la stabilité" en Afghanistan, a déclaré le président afghan, Ashraf Ghani, lors d'une adresse à la Nation, tout en appelant à la remobilisation des forces armées."J'ai commencé des consultations", qui "avancent rapidement", au sein du gouvernement, avec des responsables politiques, les partenaires internationaux, pour trouver "une solution politique dans laquelle la paix et la stabilité soient prévues pour le peuple afghan", a déclaré M. Ghani. "La remobilisation de nos forces de sécurité et de défense est notre priorité numéro un", a-t-il ajouté.