Une dizaine de personnes, utilisant des logiciels de recherche par mot-clé, assurera la surveillance des réseaux sociaux et du web, a-t-on précisé à la Commission des sondages. "Toute personne pour qui une infraction est constatée sera déférée au parquet", a-t-on indiqué jeudi à la commission des sondages. Les contrevenants s'exposent à une amende de 75.000 euros.

Les bureaux de vote ferment à 18h00, mais à 20h00 dans les grandes villes. Or, des estimations de quatre instituts de sondages seront communiquées à partir de 18h45 à quelques responsables de médias, notamment ceux de l'audiovisuel associés à ces instituts pour les soirées électorales.

Les médias belges poursuivis ?

Plusieurs médias, en Belgique, en Suisse mais aussi en France, ont annoncé leur intention de publier les résultats de manière anticipée. Dans son éditorial de mercredi, Libération donnait rendez-vous sur son site internet dimanche "dès 18h30".

La Commission des sondages a l'intention de poursuivre les médias suisses et belges qui violeraient la loi française, bien que ceux-ci fassent valoir qu'ils n'y sont pas assujettis.

Le Vif.be, avec Belga

Une dizaine de personnes, utilisant des logiciels de recherche par mot-clé, assurera la surveillance des réseaux sociaux et du web, a-t-on précisé à la Commission des sondages. "Toute personne pour qui une infraction est constatée sera déférée au parquet", a-t-on indiqué jeudi à la commission des sondages. Les contrevenants s'exposent à une amende de 75.000 euros. Les bureaux de vote ferment à 18h00, mais à 20h00 dans les grandes villes. Or, des estimations de quatre instituts de sondages seront communiquées à partir de 18h45 à quelques responsables de médias, notamment ceux de l'audiovisuel associés à ces instituts pour les soirées électorales. Les médias belges poursuivis ? Plusieurs médias, en Belgique, en Suisse mais aussi en France, ont annoncé leur intention de publier les résultats de manière anticipée. Dans son éditorial de mercredi, Libération donnait rendez-vous sur son site internet dimanche "dès 18h30". La Commission des sondages a l'intention de poursuivre les médias suisses et belges qui violeraient la loi française, bien que ceux-ci fassent valoir qu'ils n'y sont pas assujettis. Le Vif.be, avec Belga