Plusieurs médias, dont l'agence de presse Reuters, The New York Times et The Washington Post, rapportent une série de mesures que le président Donald Trump annoncera ce mercredi lors d'une visite au ministère de la Sécurité intérieure (Homeland Security). Les informations, basées sur des sources anonymes proches de Trump, ne sont pas iden...

Plusieurs médias, dont l'agence de presse Reuters, The New York Times et The Washington Post, rapportent une série de mesures que le président Donald Trump annoncera ce mercredi lors d'une visite au ministère de la Sécurité intérieure (Homeland Security). Les informations, basées sur des sources anonymes proches de Trump, ne sont pas identiques, mais vont toutes dans le même sens : le président annoncera des mesures poussées pour contrer la migration, les réfugiés et les gens qui viennent de régions en guerre au Moyen-Orient. D'après ces médias, Trump se servira de la visite pour mettre la construction d'un mur sur la frontière mexicaine - une de ces promesses électorales les plus fameuses - sur les rails. Ce mur doit arrêter la migration illégale. À en croire The New York Times, il transférera des fonds fédéraux d'autres départements pour commencer immédiatement la construction. Il est vrai qu'il a promis pendant la campagne que le Mexique paierait le mur, mais depuis il dit que ce dernier remboursera plus tard, ou d'une autre façon, par le biais de nouveaux prélèvements. "Grand jour"D'après Reuters, le président prévoit les mesures suivantes pour aujourd'hui: une interdiction d'entrée aux États-Unis pour la plupart des réfugiés, une suspension temporaire (pour plusieurs mois) de visa pour les citoyens syriens et de six autres pays du Moyen-Orient : l'Irak, l'Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen. Cette suspension de visa serait instaurée jusqu'à ce qu'on instaure un système d'examen minutieux. En matière de réfugiés, les États-Unis feraient uniquement une exception pour les minorités religieuses. On ignore comment ces minorités persécutées seront déterminées.