Le président américain Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine auront un échange téléphonique à 16.30 GMT (18.30 HB).

Selon un haut responsable de l'administration Trump, les dirigeants devraient discuter de la guerre civile en Syrie, un conflit au sein duquel la Russie soutient le régime de Bashar al-Assad et les Etats-Unis les rebelles qui s'y opposent.

Le président américain a récemment ordonné des frappes sur une base aérienne syrienne le mois dernier, après une attaque au gaz sarin contre des civils, et imputée au régime de Damas. Moscou a en revanche rejeté cette accusation envers le gouvernement de Bashar al-Assad.

Donald Trump avait alors suggéré que les relations entre les Etats-Unis et Moscou étaient au plus bas.

Mardi, Vladimir Poutine recevra aussi la chancelière allemande Angela Merkel, la première visite de celle-ci en Russie depuis 2015 suggérant un dégel des relations entre Berlin et Moscou.

La raison formelle de la visite est la préparation du prochain sommet du G20 qui se tiendra les 7 et 8 juillet à Hambourg. Mais les leaders aborderont également le conflit syrien, ainsi que celui dans l'est de l'Ukraine, marqué par l'annexion de la Crimée par la Russie.

Le président américain Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine auront un échange téléphonique à 16.30 GMT (18.30 HB). Selon un haut responsable de l'administration Trump, les dirigeants devraient discuter de la guerre civile en Syrie, un conflit au sein duquel la Russie soutient le régime de Bashar al-Assad et les Etats-Unis les rebelles qui s'y opposent. Le président américain a récemment ordonné des frappes sur une base aérienne syrienne le mois dernier, après une attaque au gaz sarin contre des civils, et imputée au régime de Damas. Moscou a en revanche rejeté cette accusation envers le gouvernement de Bashar al-Assad. Donald Trump avait alors suggéré que les relations entre les Etats-Unis et Moscou étaient au plus bas. Mardi, Vladimir Poutine recevra aussi la chancelière allemande Angela Merkel, la première visite de celle-ci en Russie depuis 2015 suggérant un dégel des relations entre Berlin et Moscou. La raison formelle de la visite est la préparation du prochain sommet du G20 qui se tiendra les 7 et 8 juillet à Hambourg. Mais les leaders aborderont également le conflit syrien, ainsi que celui dans l'est de l'Ukraine, marqué par l'annexion de la Crimée par la Russie.