C'est la première fois qu'une délégation du Benelux se rend en Irak. Les Pays-Bas et la Belgique collaborent étroitement à la lutte de la coalition internationale contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Alors que les Belges mènent actuellement des opérations avec leurs F-16, les Néerlandais surveillent la base aérienne en Jordanie. A l'été 2017, ils échangeront les rôles.

L'objectif de la mission du Benelux en Irak est de faire un état des lieux avec les autorités irakiennes sur la situation actuelle dans le pays. Les ministres des Affaires étrangères veulent par ailleurs confirmer leur soutien politique, militaire et humanitaire dans la lutte contre Daesh et toute autre forme de terrorisme.

Les trois ministres ont d'abord rencontré, à l'ambassade néerlandaise à Bagdad, l'envoyé spécial de l'ONU en Irak, Jan Kubis. Celui-ci a souligné que la bataille militaire contre l'Etat islamique en Irak est presque gagnée. "Il y a deux ans, l'Etat islamique était presque ici, à côté de l'aéroport de Bagdad, maintenant la structure du califat est totalement vaincue. Les grands défis aujourd'hui ne sont pas la bataille militaire, mais l'idéologie de Daech et surtout ce qui viendra après la défaite de l'EI."

"Nous venons voir ici comment nous pouvons aider Mossoul, comment nous pouvons soutenir la population civile. Cela ne peut absolument pas devenir un second Alep", a renchéri Didier Reynders.

La visite en Irak intervient à la veille du sommet arabo-européen qui débutera mardi.

Samedi, Didier Reynders a rencontré son homologue jordanien Nasser Judeh, à Amman.

Les trois ministres des Affaires étrangères ont également été reçus dimanche par le Premier ministre Haider Al-Abadi, et par leur homologue irakien Ibrahim Abdul-Kareem Jaafari. Ils se rendront ensuite à Salmanpak, au sud de Bagdad, afin d'y visiter le centre de déminage et de contre-terrorisme des Forces de sécurité irakiennes.

Lundi, ils se déplaceront à Erbil, en région autonome du Kurdistan irakien, pour y rencontrer plusieurs dignitaires kurdes. Les ministres effectueront encore une visite de terrain du camp de réfugiés de Ghazir, avant de se rendre au village de Hashansham, qui fut occupé pendant plusieurs mois par Daech. Ils se rendront enfin dans un centre d'entrainement de Peshmergas de la coalition internationale anti-Daech.

C'est la première fois qu'une délégation du Benelux se rend en Irak. Les Pays-Bas et la Belgique collaborent étroitement à la lutte de la coalition internationale contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Alors que les Belges mènent actuellement des opérations avec leurs F-16, les Néerlandais surveillent la base aérienne en Jordanie. A l'été 2017, ils échangeront les rôles. L'objectif de la mission du Benelux en Irak est de faire un état des lieux avec les autorités irakiennes sur la situation actuelle dans le pays. Les ministres des Affaires étrangères veulent par ailleurs confirmer leur soutien politique, militaire et humanitaire dans la lutte contre Daesh et toute autre forme de terrorisme. Les trois ministres ont d'abord rencontré, à l'ambassade néerlandaise à Bagdad, l'envoyé spécial de l'ONU en Irak, Jan Kubis. Celui-ci a souligné que la bataille militaire contre l'Etat islamique en Irak est presque gagnée. "Il y a deux ans, l'Etat islamique était presque ici, à côté de l'aéroport de Bagdad, maintenant la structure du califat est totalement vaincue. Les grands défis aujourd'hui ne sont pas la bataille militaire, mais l'idéologie de Daech et surtout ce qui viendra après la défaite de l'EI." "Nous venons voir ici comment nous pouvons aider Mossoul, comment nous pouvons soutenir la population civile. Cela ne peut absolument pas devenir un second Alep", a renchéri Didier Reynders. La visite en Irak intervient à la veille du sommet arabo-européen qui débutera mardi. Samedi, Didier Reynders a rencontré son homologue jordanien Nasser Judeh, à Amman. Les trois ministres des Affaires étrangères ont également été reçus dimanche par le Premier ministre Haider Al-Abadi, et par leur homologue irakien Ibrahim Abdul-Kareem Jaafari. Ils se rendront ensuite à Salmanpak, au sud de Bagdad, afin d'y visiter le centre de déminage et de contre-terrorisme des Forces de sécurité irakiennes. Lundi, ils se déplaceront à Erbil, en région autonome du Kurdistan irakien, pour y rencontrer plusieurs dignitaires kurdes. Les ministres effectueront encore une visite de terrain du camp de réfugiés de Ghazir, avant de se rendre au village de Hashansham, qui fut occupé pendant plusieurs mois par Daech. Ils se rendront enfin dans un centre d'entrainement de Peshmergas de la coalition internationale anti-Daech.