Miodrag Josipovic et Branimir Tesic, les anciens commandant et commandant adjoint de la station de police à Bratunac dans l'est de la Bosnie, sont accusés "d'avoir aidé en toute connaissance de cause et soutenu les responsables du génocide" à Srebrenica. Josipovic, 55 ans, et Tesic, 59 ans, ont ordonné à leurs subordonnés de prendre part au déplacement forcé de civils de Srebrenica, à la séparation des hommes de leurs familles.

Ils ont également participé à la détention à Bratunac de plus de 1.000 hommes musulmans âgés de 16 à 90 ans qui ont par la suite été exécutés, selon l'acte d'accusation du parquet bosnien. En juillet 1995, quelques mois avant la fin de la guerre intercommunautaire de Bosnie (1992-1995), les forces serbes de Bosnie ont massacré environ 8.000 hommes, enfants et adolescents musulmans à Srebrenica.

Radovan Karadzic et Ratko Mladic, ex-chefs politique et militaire des Serbes de Bosnie considérés comme les principaux responsables de ce massacre sont jugés pour génocide par le Tribunal pénal international pour la Yougoslavie (TPIY).

La guerre de Bosnie, qui a vu s'affronter les trois principales communautés de ce pays - musulmane, serbe et croate -, a fait environ 100.000 morts et plus de deux millions de réfugiés et de déplacés, soit la moitié de la population bosnienne à l'époque.

Miodrag Josipovic et Branimir Tesic, les anciens commandant et commandant adjoint de la station de police à Bratunac dans l'est de la Bosnie, sont accusés "d'avoir aidé en toute connaissance de cause et soutenu les responsables du génocide" à Srebrenica. Josipovic, 55 ans, et Tesic, 59 ans, ont ordonné à leurs subordonnés de prendre part au déplacement forcé de civils de Srebrenica, à la séparation des hommes de leurs familles. Ils ont également participé à la détention à Bratunac de plus de 1.000 hommes musulmans âgés de 16 à 90 ans qui ont par la suite été exécutés, selon l'acte d'accusation du parquet bosnien. En juillet 1995, quelques mois avant la fin de la guerre intercommunautaire de Bosnie (1992-1995), les forces serbes de Bosnie ont massacré environ 8.000 hommes, enfants et adolescents musulmans à Srebrenica. Radovan Karadzic et Ratko Mladic, ex-chefs politique et militaire des Serbes de Bosnie considérés comme les principaux responsables de ce massacre sont jugés pour génocide par le Tribunal pénal international pour la Yougoslavie (TPIY). La guerre de Bosnie, qui a vu s'affronter les trois principales communautés de ce pays - musulmane, serbe et croate -, a fait environ 100.000 morts et plus de deux millions de réfugiés et de déplacés, soit la moitié de la population bosnienne à l'époque.