L'ancien archevêque anglican du Cap avait annoncé en juillet son intention de se retirer de la vie publique pour consacrer plus de temps à sa famille.

Il a depuis honoré ses engagements mais refusera désormais "les nouvelles demandes", a annoncé Dan Vaughan, un porte-parole de la fondation Tutu.

Depuis l'annonce de sa retraite, Mgr Tutu participe à une "croisière académique": il donne des cours dans des disciplines aussi variées que la psychologie ou les sciences politiques à environ 600 étudiants internationaux embarqués à bord d'une "université flottante".

A cause d'un cancer de la prostate, Mgr Tutu avait déjà annoncé une retraite partielle en 2000, juste après avoir conclu les travaux de la Commission Réconciliation et Vérité (TRC) mise en place à la chute de l'apartheid pour tourner la page des atrocités commises sous l'ancien régime.

Mais cet homme connu pour son humour, son humilité et sa vitalité débordante n'avait pas résisté aux multiples sollicitations et restait très présent sur la scène nationale, en tant qu'apôtre de la réconciliation et dénonciateur des dérives du pouvoir, comme sur le théâtre de conflits à l'étranger.

Sa retraite laisse donc sceptique en Afrique du Sud, où aucun média ne consacrait jeudi d'articles ou de reportages à celui qui est considéré comme "la Conscience morale" du pays.

Levif.be avec Belga

L'ancien archevêque anglican du Cap avait annoncé en juillet son intention de se retirer de la vie publique pour consacrer plus de temps à sa famille. Il a depuis honoré ses engagements mais refusera désormais "les nouvelles demandes", a annoncé Dan Vaughan, un porte-parole de la fondation Tutu. Depuis l'annonce de sa retraite, Mgr Tutu participe à une "croisière académique": il donne des cours dans des disciplines aussi variées que la psychologie ou les sciences politiques à environ 600 étudiants internationaux embarqués à bord d'une "université flottante". A cause d'un cancer de la prostate, Mgr Tutu avait déjà annoncé une retraite partielle en 2000, juste après avoir conclu les travaux de la Commission Réconciliation et Vérité (TRC) mise en place à la chute de l'apartheid pour tourner la page des atrocités commises sous l'ancien régime. Mais cet homme connu pour son humour, son humilité et sa vitalité débordante n'avait pas résisté aux multiples sollicitations et restait très présent sur la scène nationale, en tant qu'apôtre de la réconciliation et dénonciateur des dérives du pouvoir, comme sur le théâtre de conflits à l'étranger. Sa retraite laisse donc sceptique en Afrique du Sud, où aucun média ne consacrait jeudi d'articles ou de reportages à celui qui est considéré comme "la Conscience morale" du pays. Levif.be avec Belga