"Je pense qu'avec les résultats que nous avons et que nous soumettons maintenant au gouvernement, beaucoup de festivals pourront être maintenus, même à capacité maximale", a déclaré jeudi à l'AFP Pieter Lubberts, gestionnaire du programme Fieldlab (laboratoire de terrain), créé par le secteur de l'événementiel en collaboration avec le gouvernement.

Après plusieurs confinements et plus d'un an sans grand événement, des organisations événementielles et des scientifiques néerlandais ont organisé et analysé de nombreux rassemblements pilotes, dont le concours musical de l'Eurovision et plusieurs rencontres de football, entre février et mai 2021.

Les auteurs de l'expérimentation Fieldlab ont, à partir des données récoltées, défini une matrice de risques selon le type d'événement et la gravité de la situation sanitaire. Pour chaque "niveau de risque", des mesures sanitaires sont préconisées.

Ils affirment que certaines précautions telles que la présentation d'un test PCR négatif et une communication adéquate suffiront, si la situation sanitaire continue de s'améliorer.

"Nous avons cherché quelles mesures alternatives nous pouvions proposer pour laisser tomber la distanciation sociale tout en continuant d'organiser des événements en toute sécurité", explique M. Lubberts.

Les conclusions de l'étude ne comprennent pas le nombre de contaminations liées à chaque événement organisé mais ses organisateurs disent avoir étudié le comportement et le nombre de contacts entre participants.

L'Eurovision a fait partie de l'expérience. 3.500 spectateurs, testés au préalable, ont été autorisés à assister aux demi-finales, à la finale et aux six répétitions générales à Rotterdam. Cela représente 20% de la capacité de la salle de spectacle.

L'édition 2020 du concours, suivi chaque année par des millions de téléspectateurs dans le monde, avait été annulée pour la première fois dans l'histoire de la compétition en raison de la pandémie. Quelque 65.000 spectateurs étaient attendus pour l'ensemble des concerts.

"Je pense qu'avec les résultats que nous avons et que nous soumettons maintenant au gouvernement, beaucoup de festivals pourront être maintenus, même à capacité maximale", a déclaré jeudi à l'AFP Pieter Lubberts, gestionnaire du programme Fieldlab (laboratoire de terrain), créé par le secteur de l'événementiel en collaboration avec le gouvernement.Après plusieurs confinements et plus d'un an sans grand événement, des organisations événementielles et des scientifiques néerlandais ont organisé et analysé de nombreux rassemblements pilotes, dont le concours musical de l'Eurovision et plusieurs rencontres de football, entre février et mai 2021.Les auteurs de l'expérimentation Fieldlab ont, à partir des données récoltées, défini une matrice de risques selon le type d'événement et la gravité de la situation sanitaire. Pour chaque "niveau de risque", des mesures sanitaires sont préconisées.Ils affirment que certaines précautions telles que la présentation d'un test PCR négatif et une communication adéquate suffiront, si la situation sanitaire continue de s'améliorer. "Nous avons cherché quelles mesures alternatives nous pouvions proposer pour laisser tomber la distanciation sociale tout en continuant d'organiser des événements en toute sécurité", explique M. Lubberts. Les conclusions de l'étude ne comprennent pas le nombre de contaminations liées à chaque événement organisé mais ses organisateurs disent avoir étudié le comportement et le nombre de contacts entre participants.L'Eurovision a fait partie de l'expérience. 3.500 spectateurs, testés au préalable, ont été autorisés à assister aux demi-finales, à la finale et aux six répétitions générales à Rotterdam. Cela représente 20% de la capacité de la salle de spectacle.L'édition 2020 du concours, suivi chaque année par des millions de téléspectateurs dans le monde, avait été annulée pour la première fois dans l'histoire de la compétition en raison de la pandémie. Quelque 65.000 spectateurs étaient attendus pour l'ensemble des concerts.