Le FBI avait diffusé en juillet 2020 un avis de recherche pour deux Chinois qui auraient espionné et piraté à grande échelle des entreprises. Ils s'y prenaient pour revendre des secrets commerciaux à des concurrents chinois, mais aussi pour fournir des informations stratégiques au gouvernement chinois. Ils bénéficiaient à ce titre de l'aide des services de renseignements chinois.

Les Américains n'ont toutefois jamais révélé publiquement l'identité de l'entreprise belge concernée. Il a toutefois été mis en évidence qu'en mars 2018 l'un des deux espions a piraté le réseau de l'entreprise et subtilisé des documents.

Le parquet de Bruxelles a ouvert un dossier, mais décidé un an plus de tard de ne pas poursuivre les ressortissants chinois. Le parquet n'a pas fourni au Tijd la raison du classement sans suite de ce dossier.

Le FBI avait diffusé en juillet 2020 un avis de recherche pour deux Chinois qui auraient espionné et piraté à grande échelle des entreprises. Ils s'y prenaient pour revendre des secrets commerciaux à des concurrents chinois, mais aussi pour fournir des informations stratégiques au gouvernement chinois. Ils bénéficiaient à ce titre de l'aide des services de renseignements chinois. Les Américains n'ont toutefois jamais révélé publiquement l'identité de l'entreprise belge concernée. Il a toutefois été mis en évidence qu'en mars 2018 l'un des deux espions a piraté le réseau de l'entreprise et subtilisé des documents. Le parquet de Bruxelles a ouvert un dossier, mais décidé un an plus de tard de ne pas poursuivre les ressortissants chinois. Le parquet n'a pas fourni au Tijd la raison du classement sans suite de ce dossier.