Après l'ouverture du nouveau musée de Tervuren, qui a permis de questionner le rôle que devait désormais jouer un musée pluridisciplinaire né aux grandes heures ...

Après l'ouverture du nouveau musée de Tervuren, qui a permis de questionner le rôle que devait désormais jouer un musée pluridisciplinaire né aux grandes heures de la colonisation, celui de de Genève (le MEG, par ailleurs lauréat 2017 du prix européen du Musée de l'année) revoit sa ligne de conduite. Dès 2021, les expositions quitteront le domaine anthropologique local pour saisir des questions transversales qui affectent toutes les populations afin de rendre compte du chantier de l'anthropocène. La première expo interrogera, par exemple, les savoirs et l'engagement des peuples autochtones. Quant au redéploiement des collections permanentes prévu pour 2023, il changerait l'angle de vue en partant de l'exploitation des ressources naturelles, la Terre, ses racines historiques et ses conséquences.