Né en 1904, Antoni Dobrowolski, un instituteur polonais, organisait pendant la Seconde guerre mondiale des cours clandestins pour enfants, interdits par l'Allemagne nazie en Pologne occupée.

Arrêté en 1942 par la Gestapo, la police nazie, il a été déporté à Auschwitz avec le numéro de camp 38081, avant d'être transféré dans les camps de Gross-Rosen puis de Sachsenhausen en Allemagne, où il a été libéré en 1945. Il s'est installé après la guerre à Debno, où il a dirigé d'abord une école primaire, puis un lycée local.

Un million de Juifs européens ont été tués dans le camp nazi d'Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole de l'holocauste. Entre 70.000 et 75.000 Polonais non juifs y ont également péri, ainsi que 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée du camp.

Le Vif.be, avec Belga

Né en 1904, Antoni Dobrowolski, un instituteur polonais, organisait pendant la Seconde guerre mondiale des cours clandestins pour enfants, interdits par l'Allemagne nazie en Pologne occupée. Arrêté en 1942 par la Gestapo, la police nazie, il a été déporté à Auschwitz avec le numéro de camp 38081, avant d'être transféré dans les camps de Gross-Rosen puis de Sachsenhausen en Allemagne, où il a été libéré en 1945. Il s'est installé après la guerre à Debno, où il a dirigé d'abord une école primaire, puis un lycée local. Un million de Juifs européens ont été tués dans le camp nazi d'Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole de l'holocauste. Entre 70.000 et 75.000 Polonais non juifs y ont également péri, ainsi que 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée du camp. Le Vif.be, avec Belga