C'était le pays modèle de la classe européenne durant la première vague, celui où la stratégie efficace de tests et l'adaptation des mesures permettaient de limiter les dégâts causés par l'épidémie de Covid. Les responsables politiques belges, au nord du pays surtout, citaient souvent en exemple ce modèle préventif, teinté de sévérité quand il le fallait.
...

C'était le pays modèle de la classe européenne durant la première vague, celui où la stratégie efficace de tests et l'adaptation des mesures permettaient de limiter les dégâts causés par l'épidémie de Covid. Les responsables politiques belges, au nord du pays surtout, citaient souvent en exemple ce modèle préventif, teinté de sévérité quand il le fallait.Aujourd'hui, l'Allemagne traverse une mauvaise passe et est devenu le mauvais élève de la deuxième vague en Europe, démontrant s'il le fallait encore combien ce virus est imprévisible. Et accumule les tristes records. L'Allemagne a enregistré 29875 infections au coronavirus en 24 heures, soit le plus haut nombre quotidien depuis le début de l'épidémie, selon les données de l'institut de veille sanitaire Robert Koch publiées ce vendredi matin. Le précédent record datait de la veille, avec 23679 contaminations. L'institut a également annoncé 598 nouveaux morts en un jour, aussi un record. Au total, l'Allemagne déplore 20970 décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie et a comptabilisé plus d'1,2 million de cas.Que se passe-t-il? L'augmentation du nombre de cas et de défunts intervient alors que le pays reste sous un régime de confinement partiel, qui a visiblement échoué à maîtriser la deuxième vague. L'Allemagne, où les traditions de Noël sont fortement ancrées, s'inquiète notamment depuis quelques jours des rassemblements devant des stands de vin chaud ou de gaufres à l'approche des fêtes. Ces petits stands ont poussé dans tout le pays alors que les marchés de Noël ont été interdits et les fêtes de Noël d'entreprises annulées.Le nombre important des déplacements et les mesures disparates selon les Länder sont également pointées du doigt, dans ce pays qui avait là encore été salué pour le fonctionnement modèle de son fédéralisme. La Bavière a déjà resserré la vis. Les magasins non-essentiels, restés ouverts depuis novembre, vont fermer lundi 14 décembre pour au moins quatre semaines dans la région de la Saxe, tout comme les écoles et les crèches. La chancelière Angela Merkel devrait réunir ce week-end, après le Sommet européen, les responsables des seize Läder pour décider de nouvelles mesures coercitives. Une fois n'est pas coutume, certains observateurs saluent la gestion prudente de la France, qui avait limité les déplacements et entame un déconfinement prudent, avec un couvre-feu à 20h.Mercredi, face à la mauvaise évolution de la situation, Angela Merkel avait déjà imploré les Allemands à rester prudents pour Noël et à protéger les plus aînés. Son ton et sa voix brisée avaient déjà souligné le caractère préoccupant de la situation.