"Je regrette que jusqu'ici nous ne soyons pas parvenus à une attitude commune des Etats membres concernant les règles de voyage", a déclaré la cheffe de gouvernement lors d'une conférence de presse à Berlin avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

"Nous avons maintenant cette situation au Portugal, nous aurions peut-être pu l'éviter. C'est pour ça que nous devons encore plus travailler", a-t-elle ajouté alors que Lisbonne s'inquiète de la résurgence du Covid-19.

A rebours des allègements des mesures sanitaires dans plusieurs pays européens, le gouvernement portugais a dû prendre des mesures restrictives en interdisant les entrées et les sorties le week-end dans la région de Lisbonne.

La semaine dernière, le pays avait enregistré un niveau quotidien de nouvelles contaminations le plus élevé depuis février.

"Nous avons avancé ces derniers mois", a néanmoins nuancé Angela Merkel. "Mais pas encore là où je souhaiterais que l'Union européenne soit", a-t-elle dit alors que se tient jeudi et vendredi un sommet européen.

De son côté, Ursula von der Leyen a estimé que ce n'était "qu'une question de temps" avant que le variant Delta ne devienne le variant dominant sur le continent.

"Il est important de continuer à vacciner aussi rapidement que possible", a-t-elle ajouté, car il s'agit de mener une course face à ce variant plus contagieux.

Les Vingt-Sept se sont récemment mis d'accord pour coordonner leurs mesures afin de faciliter les voyages dans l'UE pendant l'été avec l'adoption du certificat Covid, mais prévoient la possibilité de réintroduire des restrictions en cas d'émergence d'un variant.

A partir du 1er juillet, une personne munie d'un certificat Covid européen, attestant soit qu'elle a été vaccinée, soit qu'elle a passé un test négatif, soit qu'elle est immunisée à la suite d'une infection, devrait pouvoir voyager dans l'UE sans subir de restrictions telles que des tests supplémentaires ou une quarantaine.

"Je regrette que jusqu'ici nous ne soyons pas parvenus à une attitude commune des Etats membres concernant les règles de voyage", a déclaré la cheffe de gouvernement lors d'une conférence de presse à Berlin avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Nous avons maintenant cette situation au Portugal, nous aurions peut-être pu l'éviter. C'est pour ça que nous devons encore plus travailler", a-t-elle ajouté alors que Lisbonne s'inquiète de la résurgence du Covid-19. A rebours des allègements des mesures sanitaires dans plusieurs pays européens, le gouvernement portugais a dû prendre des mesures restrictives en interdisant les entrées et les sorties le week-end dans la région de Lisbonne. La semaine dernière, le pays avait enregistré un niveau quotidien de nouvelles contaminations le plus élevé depuis février. "Nous avons avancé ces derniers mois", a néanmoins nuancé Angela Merkel. "Mais pas encore là où je souhaiterais que l'Union européenne soit", a-t-elle dit alors que se tient jeudi et vendredi un sommet européen. De son côté, Ursula von der Leyen a estimé que ce n'était "qu'une question de temps" avant que le variant Delta ne devienne le variant dominant sur le continent. "Il est important de continuer à vacciner aussi rapidement que possible", a-t-elle ajouté, car il s'agit de mener une course face à ce variant plus contagieux. Les Vingt-Sept se sont récemment mis d'accord pour coordonner leurs mesures afin de faciliter les voyages dans l'UE pendant l'été avec l'adoption du certificat Covid, mais prévoient la possibilité de réintroduire des restrictions en cas d'émergence d'un variant. A partir du 1er juillet, une personne munie d'un certificat Covid européen, attestant soit qu'elle a été vaccinée, soit qu'elle a passé un test négatif, soit qu'elle est immunisée à la suite d'une infection, devrait pouvoir voyager dans l'UE sans subir de restrictions telles que des tests supplémentaires ou une quarantaine.