Le Japon a jusqu'ici été relativement épargné par la Covid-19, puisqu'il a enregistré 118.000 cas et 1874 décès depuis le début de l'épidémie.
...

Le Japon a jusqu'ici été relativement épargné par la Covid-19, puisqu'il a enregistré 118.000 cas et 1874 décès depuis le début de l'épidémie. Le Japon a clôturé la première vague de coronavirus, en levant l'état d'urgence fin mai. La crise sanitaire était alors presque entièrement maîtrisée. La première vague du printemps a été assez limitée, le pic a recensé 743 cas le 12 avril. Une seconde vague plus importante a sévi dans l'archipel pendant l'été avec un pic le 3 août et 1998 cas ce jour-là. Depuis, le nombre de cas journaliers s'établissait entre 300 et 800 cas, selon le Courrier international. Le 12 novembre, la barre des 1600 cas a cependant été dépassée pour la première fois depuis le mois d'août. Le lendemain, on enregistrait plus de 1700 cas.Les autorités japonaises craignent déjà un effondrement du système de soins de santé, surtout dans la région Hokkaido où 236 nouveaux patients ont été identifiés le 12 novembre, un niveau jamais atteint depuis l'éclatement de l'épidémie ce printemps, selon le Mainichi. La région compte en effet seulement 936 lits prévus pour de patients Covid.La récente recrudescence de la pandémie fait craindre la mise en place de nouvelles restrictions. Les autorités sont en effet réfractaires à prendre des mesures sanitaires supplémentaires à cause des conséquences économiques que cela pourrait engendrer. "Si les mesures sanitaires pèsent davantage sur l'économie, le nombre de suicides dus aux difficultés financières sera beaucoup plus important que le nombre de victimes de l'épidémie", glisse un cadre du cabinet du Premier ministre.En effet, selon les statistiques de la police japonaise, en octobre le nombre de suicides a dépassé la barre des 1 800 pour le troisième mois consécutif avec 2 153 décès de ce type. Cela représente 614 suicides de plus qu'à la même période en 2019.