Le groupe pharmaceutique nippon Takeda, qui importe et distribue au Japon le vaccin de Moderna, a déclaré dans un communiqué avoir reçu "des signalements de plusieurs centres de vaccination, selon lesquels des corps étrangers ont été découverts dans des tubes de vaccin scellés venant de lots spécifiques".

"Après consultation avec le ministère de la Santé, nous avons décidé de suspendre l'utilisation du vaccin" des lots concernés à compter de jeudi, soit 1,63 million de doses au total, a ajouté Takeda. Le groupe japonais a demandé à Moderna de mener une "enquête urgente" sur le sujet. Sollicitée par l'AFP, la biotech américaine n'était pas disponible dans l'immédiat pour réagir à ces informations.

Sans détailler la nature des impuretés détectées, Takeda a précisé n'avoir pas reçu à ce jour de signalements concernant d'éventuels risques pour la santé liés aux doses affectées. De son côté, le ministère japonais de la Santé a déclaré qu'il allait coopérer avec Takeda pour distribuer des doses alternatives, afin d'éviter une interruption du programme national de vaccination qui accélère depuis quelques mois, après un lent démarrage. Environ 43% de la population du Japon est totalement vaccinée. Mais cela n'empêche pas le pays de se débattre actuellement avec des niveaux record d'infections quotidiennes, du fait notamment du variant Delta, plus résistant et plus contagieux.

La majeure partie de l'archipel est désormais concernée par des restrictions contre le Covid-19, mais celles-ci demeurent limitées et leur efficacité douteuse, les moyens coercitifs du gouvernement pour les imposer étant restreints.

Le groupe pharmaceutique nippon Takeda, qui importe et distribue au Japon le vaccin de Moderna, a déclaré dans un communiqué avoir reçu "des signalements de plusieurs centres de vaccination, selon lesquels des corps étrangers ont été découverts dans des tubes de vaccin scellés venant de lots spécifiques"."Après consultation avec le ministère de la Santé, nous avons décidé de suspendre l'utilisation du vaccin" des lots concernés à compter de jeudi, soit 1,63 million de doses au total, a ajouté Takeda. Le groupe japonais a demandé à Moderna de mener une "enquête urgente" sur le sujet. Sollicitée par l'AFP, la biotech américaine n'était pas disponible dans l'immédiat pour réagir à ces informations.Sans détailler la nature des impuretés détectées, Takeda a précisé n'avoir pas reçu à ce jour de signalements concernant d'éventuels risques pour la santé liés aux doses affectées. De son côté, le ministère japonais de la Santé a déclaré qu'il allait coopérer avec Takeda pour distribuer des doses alternatives, afin d'éviter une interruption du programme national de vaccination qui accélère depuis quelques mois, après un lent démarrage. Environ 43% de la population du Japon est totalement vaccinée. Mais cela n'empêche pas le pays de se débattre actuellement avec des niveaux record d'infections quotidiennes, du fait notamment du variant Delta, plus résistant et plus contagieux.La majeure partie de l'archipel est désormais concernée par des restrictions contre le Covid-19, mais celles-ci demeurent limitées et leur efficacité douteuse, les moyens coercitifs du gouvernement pour les imposer étant restreints.