"Pour déclencher la pleine puissance des ressources du gouvernement fédéral, je déclare officiellement une urgence nationale", a-t-il affirmé depuis les jardins de la Maison Blanche. Le président a expliqué que cette décision permettrait d'accéder à jusqu'à 50 milliards de fonds pour lutter contre le virus. "J'appelle chaque Etat (du pays) à mettre immédiatement en place des centres d'urgence" et les hôpitaux à activer leurs plans de préparation d'urgence "pour répondre aux besoins des Américains", a ajouté le président, qui a également annoncé "une forte hausse" des capacités à tester le virus aux Etats-Unis.

Les réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis vont être portées à leur maximum, a annoncé Donald Trump, dans le cadre des mesures d'urgence pour se prémunir d'une crise économique causée par la pandémie du coronavirus. "J'ai également demandé au secrétaire à l'Energie d'acheter à très bon prix de grandes quantités de pétrole brut pour le stockage aux Etats-Unis. Nous allons remplir les réserves stratégiques jusqu'au sommet, faire économiser des milliards aux contribuables américains, aider notre industrie pétrolière", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Face à la pandémie de coronavirus, le président a annoncé vendredi une aide fédérale pour les prêts étudiants. "J'ai exonéré tous les prêts étudiants détenus par des agences du gouvernement fédéral de taux d'intérêts jusqu'à nouvel ordre", a annoncé M. Trump depuis la Maison Blanche.

"Aucun symptôme"

Donald Trump a affirmé vendredi ne présenter "aucun symptôme" du coronavirus, même s'il n'a pas été testé. "Nous avons un médecin à la Maison Blanche, je devrais dire de nombreux médecins à la Maison Blanche, je leur ai posé la question et ils m'ont dit "vous n'avez aucun symptôme"", a assuré le président américain lors d'une conférence de presse, alors que certaines personnes dans son entourage se sont mises en quarantaine ces derniers jours. Il affirme toutefois qu'il se fera probablement tester "prochainement".

Rebond spectaculaire à Wall Street

La Bourse de New York a vivement rebondi vendredi au lendemain de sa pire séance depuis le krach boursier d'octobre 1987, profitant d'un impressionnant regain de vigueur en toute fin de séance après la déclaration par Donald Trump de l'état d'urgence face à l'épidémie de coronavirus.

Selon des résultats provisoires à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est envolé de 9,30% à 23.172,97 points tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, a grimpé de 9,34% à 7.874,23 points.

La distanciation sociale? Très peu pour lui.

Bruce Greenstein offre son coude à Donald Trump., REUTERS/Kevin Lamarque
Bruce Greenstein offre son coude à Donald Trump. © REUTERS/Kevin Lamarque

Allant à l'encontre des recommandations de la plupart des agences de santé du monde entier, Donald Trump a serré plusieurs mains à la Maison Blanche vendredi, en pleine annonce de mesures contre le coronavirus.

Pour annoncer l'état d'urgence, le président s'était adjoint les services d'une demi-douzaine de responsables de grandes entreprises américaines des secteurs de la distribution ou de la santé.

Et alors qu'il venait de rappeler au public américain les mesures d'hygiène publique de base à respecter, des mesures "de bon sens" selon lui, il a serré la main de tous ces patrons après leur prise de parole derrière le micro.

L'un d'entre eux, Bruce Greenstein de LHC Group, a refusé de lui serrer la main, lui proposant son coude pour un "check", une nouvelle manière de saluer mise en avant par de nombreuses autorités sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus.

"Pour déclencher la pleine puissance des ressources du gouvernement fédéral, je déclare officiellement une urgence nationale", a-t-il affirmé depuis les jardins de la Maison Blanche. Le président a expliqué que cette décision permettrait d'accéder à jusqu'à 50 milliards de fonds pour lutter contre le virus. "J'appelle chaque Etat (du pays) à mettre immédiatement en place des centres d'urgence" et les hôpitaux à activer leurs plans de préparation d'urgence "pour répondre aux besoins des Américains", a ajouté le président, qui a également annoncé "une forte hausse" des capacités à tester le virus aux Etats-Unis.Les réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis vont être portées à leur maximum, a annoncé Donald Trump, dans le cadre des mesures d'urgence pour se prémunir d'une crise économique causée par la pandémie du coronavirus. "J'ai également demandé au secrétaire à l'Energie d'acheter à très bon prix de grandes quantités de pétrole brut pour le stockage aux Etats-Unis. Nous allons remplir les réserves stratégiques jusqu'au sommet, faire économiser des milliards aux contribuables américains, aider notre industrie pétrolière", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.Face à la pandémie de coronavirus, le président a annoncé vendredi une aide fédérale pour les prêts étudiants. "J'ai exonéré tous les prêts étudiants détenus par des agences du gouvernement fédéral de taux d'intérêts jusqu'à nouvel ordre", a annoncé M. Trump depuis la Maison Blanche.Donald Trump a affirmé vendredi ne présenter "aucun symptôme" du coronavirus, même s'il n'a pas été testé. "Nous avons un médecin à la Maison Blanche, je devrais dire de nombreux médecins à la Maison Blanche, je leur ai posé la question et ils m'ont dit "vous n'avez aucun symptôme"", a assuré le président américain lors d'une conférence de presse, alors que certaines personnes dans son entourage se sont mises en quarantaine ces derniers jours. Il affirme toutefois qu'il se fera probablement tester "prochainement". La Bourse de New York a vivement rebondi vendredi au lendemain de sa pire séance depuis le krach boursier d'octobre 1987, profitant d'un impressionnant regain de vigueur en toute fin de séance après la déclaration par Donald Trump de l'état d'urgence face à l'épidémie de coronavirus.Selon des résultats provisoires à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est envolé de 9,30% à 23.172,97 points tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, a grimpé de 9,34% à 7.874,23 points.