Propagation dans le monde

Le nombre de cas dans le monde s'élevait dimanche à 87.565, dont 2.990 décès, dans 64 pays et territoires, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11H00 GMT.

1.646 nouvelles contaminations ont été recensées depuis le décompte réalisé samedi à 17h00 GMT.

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie s'est déclarée en décembre, comptait 79.824 cas, dont 2.870 décès. Avec 573 nouvelles contaminations, le pays enregistre son plus lourd bilan depuis une semaine. Le bilan des décès en revanche repart à la baisse, à 35 morts contre 47 annoncés samedi.

Pays le plus touché par l'épidémie après la Chine, la Corée du Sud connaît depuis quelques jours une flambée de nouveaux cas, en raison notamment d'une intense campagne de dépistage. Quelque 586 nouveaux cas y ont été enregistrés dimanche, portant le total à 3.736, dont 18 morts.

L'Iran présente le bilan de morts le plus lourd après celui de la Chine avec un total de 54 morts après l'annonce dimanche de 11 nouveaux décès. Selon les autorités iraniennes le nombre total de personnes infectées en Iran s'élève à 978 cas dont 385 nouveaux.

Un premier mort a été annoncé en Australie, un ancien passager du Diamond Princess, le paquebot resté en quarantaine au Japon sur lequel plus de 700 cas ont été enregistrés.

Après l'Irlande et le Luxembourg samedi soir, l'Arménie a annoncé à son tour son premier cas d'infection.

Mobilisation et prévention

En Corée du Sud, le président Moon Jae-in a fait état dimanche d'une mobilisation "totale" de son gouvernement.

"Après avoir relevé l'alerte à son niveau le plus élevé, le gouvernement livre désormais une réponse totale", a-t-il déclaré.

A ce jour, des dizaines d'événements ont été annulés dans la péninsule, et plus de 70 pays ont imposé des restrictions sur les voyages en Corée du Sud.

Aux Etats-Unis, le président Donald Trump a demandé samedi aux médias de "ne pas encourager la panique" et annoncé qu'il recevrait lundi des représentants des grands groupes pharmaceutiques pour évoquer les avancées concernant un possible vaccin contre le coronavirus. Outre un premier décès, une vingtaine de cas ont été recensés, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays.

En France, deuxième foyer de l'épidémie en Europe après l'Italie - 100 cas avérés depuis fin janvier, 86 hospitalisations et deux morts -, les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné ainsi que certains événements en extérieur sont désormais interdits.

D'autres mesures de prévention ont été prises ces dernières heures dans le pays, notamment dans les mosquées ainsi que dans les diocèses catholiques, les archevêques invitant à "vider les bénitiers" dans les églises.

Chute des bourses du Golfe

Les places boursières du Golfe, dont celle de Ryad, ont dégringolé dimanche à l'ouverture, à l'instar des autres places mondiales qui ont connu leur pire semaine depuis la crise financière de 2008.

La Bourse de Ryad, plus gros des sept marchés de la région et classée dans le top 10 des places boursières mondiales, perdait environ 3,5% à une heure de sa fermeture.

La place boursière du Koweït a suspendu ses échanges après avoir perdu 10% à la suite de l'annonce dimanche matin d'un nouveau cas de coronavirus dans le pays, portant le nombre total de personnes infectées à 46, le plus élevé du Golfe.

Lire aussi: Coronavirus en Belgique: de nouveaux cas devraient se déclarer dans les prochains jours

Propagation dans le monde Le nombre de cas dans le monde s'élevait dimanche à 87.565, dont 2.990 décès, dans 64 pays et territoires, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11H00 GMT.1.646 nouvelles contaminations ont été recensées depuis le décompte réalisé samedi à 17h00 GMT.La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie s'est déclarée en décembre, comptait 79.824 cas, dont 2.870 décès. Avec 573 nouvelles contaminations, le pays enregistre son plus lourd bilan depuis une semaine. Le bilan des décès en revanche repart à la baisse, à 35 morts contre 47 annoncés samedi.Pays le plus touché par l'épidémie après la Chine, la Corée du Sud connaît depuis quelques jours une flambée de nouveaux cas, en raison notamment d'une intense campagne de dépistage. Quelque 586 nouveaux cas y ont été enregistrés dimanche, portant le total à 3.736, dont 18 morts.L'Iran présente le bilan de morts le plus lourd après celui de la Chine avec un total de 54 morts après l'annonce dimanche de 11 nouveaux décès. Selon les autorités iraniennes le nombre total de personnes infectées en Iran s'élève à 978 cas dont 385 nouveaux.Un premier mort a été annoncé en Australie, un ancien passager du Diamond Princess, le paquebot resté en quarantaine au Japon sur lequel plus de 700 cas ont été enregistrés. Après l'Irlande et le Luxembourg samedi soir, l'Arménie a annoncé à son tour son premier cas d'infection.Mobilisation et prévention En Corée du Sud, le président Moon Jae-in a fait état dimanche d'une mobilisation "totale" de son gouvernement."Après avoir relevé l'alerte à son niveau le plus élevé, le gouvernement livre désormais une réponse totale", a-t-il déclaré.A ce jour, des dizaines d'événements ont été annulés dans la péninsule, et plus de 70 pays ont imposé des restrictions sur les voyages en Corée du Sud.Aux Etats-Unis, le président Donald Trump a demandé samedi aux médias de "ne pas encourager la panique" et annoncé qu'il recevrait lundi des représentants des grands groupes pharmaceutiques pour évoquer les avancées concernant un possible vaccin contre le coronavirus. Outre un premier décès, une vingtaine de cas ont été recensés, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés dans le pays.En France, deuxième foyer de l'épidémie en Europe après l'Italie - 100 cas avérés depuis fin janvier, 86 hospitalisations et deux morts -, les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné ainsi que certains événements en extérieur sont désormais interdits. D'autres mesures de prévention ont été prises ces dernières heures dans le pays, notamment dans les mosquées ainsi que dans les diocèses catholiques, les archevêques invitant à "vider les bénitiers" dans les églises. Chute des bourses du GolfeLes places boursières du Golfe, dont celle de Ryad, ont dégringolé dimanche à l'ouverture, à l'instar des autres places mondiales qui ont connu leur pire semaine depuis la crise financière de 2008.La Bourse de Ryad, plus gros des sept marchés de la région et classée dans le top 10 des places boursières mondiales, perdait environ 3,5% à une heure de sa fermeture.La place boursière du Koweït a suspendu ses échanges après avoir perdu 10% à la suite de l'annonce dimanche matin d'un nouveau cas de coronavirus dans le pays, portant le nombre total de personnes infectées à 46, le plus élevé du Golfe. Lire aussi: Coronavirus en Belgique: de nouveaux cas devraient se déclarer dans les prochains jours