Dès mercredi, le masque sera obligatoire même à l'extérieur dans les zones les plus fréquentées de Toulouse, dans le sud-ouest de la France.Il en sera très prochainement de même à Paris et dans d'autres villes, ont annoncé les autorités. Une mesure similaire entre en vigueur mercredi dans le célèbre Quartier Rouge d'Amsterdam et dans les quartiers commerçants de Rotterdam.

Au total, 700.489 décès sur 18.547.833 cas déclarés ont été recensés dans le monde depuis la découverte de la pandémie en Chine en décembre, selon un comptage de l'AFP mercredi matin. L'Europe reste la région la plus touchée avec 211.365 morts. Le nombre de morts dus au Covid-19 a doublé depuis le 26 mai et 100.000 décès supplémentaires ont été détectés depuis un peu moins de trois semaines.

La nervosité semble gagner le gouvernement français alors que l'instance scientifique qui le guide juge "hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou l'hiver". "Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières : l'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment dans un scénario moins contrôlé comme en Espagne par exemple", a mis en garde le Conseil scientifique mardi.

Le gouvernement irlandais a pour sa part décidé de repousser la dernière phase de son déconfinement, qui comprend notamment la réouverture de tous les pubs, ainsi que celle des bars et hôtels. L'Irlande a également décidé de rendre obligatoires le port du masque dans les magasins et centres commerciaux à partir du 10 août.

Les États-Unis restent en tête du triste classement des pays les plus touchés tant en nombre de morts que de cas, avec 155.471 décès pour plus de 4,7 millions de cas recensés, d'après le comptage de l'université Johns Hopkins.

Ils sont suivis du Brésil avec environ 95.000 morts, du Mexique (plus de 48.000), du Royaume-Uni (plus de 46.000) et de l'Inde (presque 39.000).

Des millions de Philippins ont renoué avec le reconfinement, mardi, face à une aggravation de l'épidémie de Covid-19, dont la progression semble inexorable aussi en Amérique du Sud et aux Caraïbes, avec plus de cinq millions de cas déclarés. Plus de 27 millions de personnes, soit environ le quart de la population des Philippines, sont de nouveau contraintes de rester chez elles, après le cri d'alarme des associations de médecins, qui ont averti que ce pays était en train de perdre la bataille contre la maladie. Depuis le début du mois de juin, alors que la plus grande partie des Philippines était sortie du confinement, le nombre des contaminations a quintuplé, dépassant les 100.000 cas. Le reconfinement n'a été annoncé que 24 heures à l'avance, conduisant de nombreux habitants à se retrouver coincés à Manille, avec l'arrêt des transports en commun et notamment des vols.

L'inquiétude grandit aussi en Océanie où de multiples restrictions ont été remises en place en Australie, face à la progression de la maladie.

A partir de mercredi minuit, les commerces non essentiels et les administrations seront fermés à Melbourne, déjà sous le coup d'un couvre-feu nocturne depuis dimanche soir.

Dès mercredi, le masque sera obligatoire même à l'extérieur dans les zones les plus fréquentées de Toulouse, dans le sud-ouest de la France.Il en sera très prochainement de même à Paris et dans d'autres villes, ont annoncé les autorités. Une mesure similaire entre en vigueur mercredi dans le célèbre Quartier Rouge d'Amsterdam et dans les quartiers commerçants de Rotterdam.Au total, 700.489 décès sur 18.547.833 cas déclarés ont été recensés dans le monde depuis la découverte de la pandémie en Chine en décembre, selon un comptage de l'AFP mercredi matin. L'Europe reste la région la plus touchée avec 211.365 morts. Le nombre de morts dus au Covid-19 a doublé depuis le 26 mai et 100.000 décès supplémentaires ont été détectés depuis un peu moins de trois semaines.La nervosité semble gagner le gouvernement français alors que l'instance scientifique qui le guide juge "hautement probable qu'une seconde vague épidémique soit observée à l'automne ou l'hiver". "Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières : l'équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment dans un scénario moins contrôlé comme en Espagne par exemple", a mis en garde le Conseil scientifique mardi.Le gouvernement irlandais a pour sa part décidé de repousser la dernière phase de son déconfinement, qui comprend notamment la réouverture de tous les pubs, ainsi que celle des bars et hôtels. L'Irlande a également décidé de rendre obligatoires le port du masque dans les magasins et centres commerciaux à partir du 10 août. Les États-Unis restent en tête du triste classement des pays les plus touchés tant en nombre de morts que de cas, avec 155.471 décès pour plus de 4,7 millions de cas recensés, d'après le comptage de l'université Johns Hopkins. Ils sont suivis du Brésil avec environ 95.000 morts, du Mexique (plus de 48.000), du Royaume-Uni (plus de 46.000) et de l'Inde (presque 39.000). Des millions de Philippins ont renoué avec le reconfinement, mardi, face à une aggravation de l'épidémie de Covid-19, dont la progression semble inexorable aussi en Amérique du Sud et aux Caraïbes, avec plus de cinq millions de cas déclarés. Plus de 27 millions de personnes, soit environ le quart de la population des Philippines, sont de nouveau contraintes de rester chez elles, après le cri d'alarme des associations de médecins, qui ont averti que ce pays était en train de perdre la bataille contre la maladie. Depuis le début du mois de juin, alors que la plus grande partie des Philippines était sortie du confinement, le nombre des contaminations a quintuplé, dépassant les 100.000 cas. Le reconfinement n'a été annoncé que 24 heures à l'avance, conduisant de nombreux habitants à se retrouver coincés à Manille, avec l'arrêt des transports en commun et notamment des vols. L'inquiétude grandit aussi en Océanie où de multiples restrictions ont été remises en place en Australie, face à la progression de la maladie. A partir de mercredi minuit, les commerces non essentiels et les administrations seront fermés à Melbourne, déjà sous le coup d'un couvre-feu nocturne depuis dimanche soir.