"Les chiens et les chats ont développé un relation plus étroite avec les humains que les autres animaux", ressort-il de l'annonce.

Le coronavirus responsable de la crise actuelle est soupçonné de s'être propagé à l'homme par l'intermédiaire d'un marché d'animaux sauvages. C'est pourquoi le gouvernement chinois a décidé, fin janvier, d'interdire le commerce de ces derniers.

Les villes et les provinces ont ensuite mis en oeuvre la mesure mais l'interdiction à Shenzhen est la première, en Chine, à comprendre la consommation de chiens et de chats. Une telle mesure est déjà d'application à Hong Kong et Taïwan.

"Les chiens et les chats ont développé un relation plus étroite avec les humains que les autres animaux", ressort-il de l'annonce. Le coronavirus responsable de la crise actuelle est soupçonné de s'être propagé à l'homme par l'intermédiaire d'un marché d'animaux sauvages. C'est pourquoi le gouvernement chinois a décidé, fin janvier, d'interdire le commerce de ces derniers. Les villes et les provinces ont ensuite mis en oeuvre la mesure mais l'interdiction à Shenzhen est la première, en Chine, à comprendre la consommation de chiens et de chats. Une telle mesure est déjà d'application à Hong Kong et Taïwan.