Le Premier ministre belge Charles Michel, ainsi que plusieurs ministres du gouvernement se sont également exprimés.

Espagne

"Les terroristes ne vaincront jamais un peuple uni qui aime la liberté face à la barbarie", a tweeté Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol.

Il a aussi ajouté lors d'une conférence de presse que l'Espagne observera trois jours de deuil national, du 18 au 20 août, en hommage aux victimes de l'attentat.

Le dirigeant espagnol a appelé à la solidarité de tout le pays envers la capitale de la Catalogne, communauté autonome réputée pour ses velléités séparatistes. "Nous sommes particulièrement unis dans le désir de mettre fin à cette injustice et cette barbarie", a poursuivi Mariano Rajoy, s'en prenant à ceux qui "veulent nous enlever nos valeurs et notre mode de vie".

Le chef de gouvernement a en outre évoqué la nécessité d'un pacte anti-terrorisme. Il a fait référence à l'histoire espagnole marquée par le terrorisme, notamment en 2004 avec les très meurtriers attentats simultanés sur le réseau ferroviaire madrilène.

"Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tous", a écrit le palais du roi espagnol Felipe VI.

Le joueur de football vedette du Real Madrid, le Portugais Christiano Ronaldo, s'est dit "consterné par les nouvelles de Barcelone." Il a exprimé "tout (son) soutien et (sa) solidarité à la famille et aux amis des victimes."

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, frappé par plusieurs attentats au cours des derniers mois, est "solidaire de l'Espagne contre le terrorisme", a réagi la Première ministre britannique après l'attaque de Barcelone.

"Mes pensées vont aux victimes de la terrible attaque survenue aujourd'hui à Barcelone et aux services d'urgence (...). Le Royaume-Uni est solidaire de l'Espagne contre le terrorisme", a déclaré Theresa May sur Twitter.

Etats-Unis

"Les Etats-Unis condamnent l'attaque terroriste de Barcelone, en Espagne, et feront tout ce qui est nécessaire pour aider", a indiqué M. Trump sur Twitter. "Soyez courageux et forts, nous vous aimons!", a-t-il ajouté.

Peu avant, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson avait assuré que les Etats-Unis seraient aux côtés de l'Espagne dans l'enquête à venir.

France

Le président français Emmanuel Macron a transmis "la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à Barcelone". "Nous restons unis et déterminés", a-t-il dit sur Twitter.

Allemagne

Le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé une attaque "révoltante". "Nous pensons avec une profonde tristesse aux victimes de l'attaque révoltante de Barcelone - avec solidarité et amitié aux côtés des Espagnols", a déclaré Stefen Seibert sur son compte Twitter.

Italie

"Barcelone la splendide, l'amie, est attaquée. L'Italie est proche des autorités locales et espagnoles. Nos pensées se tournent vers les personnes touchées", a déclaré Paolo Gentiloni, le chef du gouvernement italien.

Le pape François a quant à lui fait part de sa "grande préoccupation" et de sa proximité avec le peuple espagnol. "Le Saint-Père a appris avec une grande préoccupation ce qui est en train de se passer à Barcelone", a annoncé dans un communiqué le porte-parole du Vatican, Greg Burk.

Russie

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergeï Lavrov a condamné "fermement l'attaque" de Barcelone sur Twitter, à laquelle il ne peut y avoir "aucune justification". "Nous envoyons nos condoléances aux citoyens d'Espagne", a-t-il ajouté.

- Turquie -

Le ministère des Affaires étrangères turc a condamné "avec la plus grande fermeté" l'attaque de Barcelone dans un communiqué. "Nous réitérons notre résolution à rester solidaires de l'Espagne, qui est un (pays) ami et allié de la Turquie, et de fournir à cette fin toute l'aide possible."

UE

"Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne", a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne sur Twitter.

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a offert son "plein soutien" aux autorités espagnoles. "L'UE unie pour défendre la paix", a-t-il poursuivi sur Twitter.

Pour le président du Conseil européen, Donald Tusk, "toute l'Europe est avec Barcelone." "Nos pensées sont avec les victimes et ceux que sont touchés par cette lâche attaque sur des innoncents", a-t-il écrit sur Twitter.

Otan

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a dénoncé sur Twitter une "terrible" attaque : "Mes pensées sont avec ceux qui sont touchés. Nous restons unis dans la lutte contre le terrorisme."

Le Premier ministre belge Charles Michel, ainsi que plusieurs ministres du gouvernement se sont également exprimés."Les terroristes ne vaincront jamais un peuple uni qui aime la liberté face à la barbarie", a tweeté Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol. Il a aussi ajouté lors d'une conférence de presse que l'Espagne observera trois jours de deuil national, du 18 au 20 août, en hommage aux victimes de l'attentat. Le dirigeant espagnol a appelé à la solidarité de tout le pays envers la capitale de la Catalogne, communauté autonome réputée pour ses velléités séparatistes. "Nous sommes particulièrement unis dans le désir de mettre fin à cette injustice et cette barbarie", a poursuivi Mariano Rajoy, s'en prenant à ceux qui "veulent nous enlever nos valeurs et notre mode de vie". Le chef de gouvernement a en outre évoqué la nécessité d'un pacte anti-terrorisme. Il a fait référence à l'histoire espagnole marquée par le terrorisme, notamment en 2004 avec les très meurtriers attentats simultanés sur le réseau ferroviaire madrilène. "Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tous", a écrit le palais du roi espagnol Felipe VI.Le joueur de football vedette du Real Madrid, le Portugais Christiano Ronaldo, s'est dit "consterné par les nouvelles de Barcelone." Il a exprimé "tout (son) soutien et (sa) solidarité à la famille et aux amis des victimes."Le Royaume-Uni, frappé par plusieurs attentats au cours des derniers mois, est "solidaire de l'Espagne contre le terrorisme", a réagi la Première ministre britannique après l'attaque de Barcelone. "Mes pensées vont aux victimes de la terrible attaque survenue aujourd'hui à Barcelone et aux services d'urgence (...). Le Royaume-Uni est solidaire de l'Espagne contre le terrorisme", a déclaré Theresa May sur Twitter."Les Etats-Unis condamnent l'attaque terroriste de Barcelone, en Espagne, et feront tout ce qui est nécessaire pour aider", a indiqué M. Trump sur Twitter. "Soyez courageux et forts, nous vous aimons!", a-t-il ajouté.Peu avant, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson avait assuré que les Etats-Unis seraient aux côtés de l'Espagne dans l'enquête à venir.Le président français Emmanuel Macron a transmis "la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à Barcelone". "Nous restons unis et déterminés", a-t-il dit sur Twitter.Le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé une attaque "révoltante". "Nous pensons avec une profonde tristesse aux victimes de l'attaque révoltante de Barcelone - avec solidarité et amitié aux côtés des Espagnols", a déclaré Stefen Seibert sur son compte Twitter."Barcelone la splendide, l'amie, est attaquée. L'Italie est proche des autorités locales et espagnoles. Nos pensées se tournent vers les personnes touchées", a déclaré Paolo Gentiloni, le chef du gouvernement italien.Le pape François a quant à lui fait part de sa "grande préoccupation" et de sa proximité avec le peuple espagnol. "Le Saint-Père a appris avec une grande préoccupation ce qui est en train de se passer à Barcelone", a annoncé dans un communiqué le porte-parole du Vatican, Greg Burk. Le ministre des Affaires étrangères russe Sergeï Lavrov a condamné "fermement l'attaque" de Barcelone sur Twitter, à laquelle il ne peut y avoir "aucune justification". "Nous envoyons nos condoléances aux citoyens d'Espagne", a-t-il ajouté. - Turquie -Le ministère des Affaires étrangères turc a condamné "avec la plus grande fermeté" l'attaque de Barcelone dans un communiqué. "Nous réitérons notre résolution à rester solidaires de l'Espagne, qui est un (pays) ami et allié de la Turquie, et de fournir à cette fin toute l'aide possible.""Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne", a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne sur Twitter.Le président du Parlement européen Antonio Tajani a offert son "plein soutien" aux autorités espagnoles. "L'UE unie pour défendre la paix", a-t-il poursuivi sur Twitter. Pour le président du Conseil européen, Donald Tusk, "toute l'Europe est avec Barcelone." "Nos pensées sont avec les victimes et ceux que sont touchés par cette lâche attaque sur des innoncents", a-t-il écrit sur Twitter. Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a dénoncé sur Twitter une "terrible" attaque : "Mes pensées sont avec ceux qui sont touchés. Nous restons unis dans la lutte contre le terrorisme."