D'après "ce que m'ont raconté les personnes qui étaient avec lui" avant sa disparition, "à un moment donné, il a été touché par une balle au bras gauche". Dans la "confusion" qui régnait alors sur le terrain, "il a certainement pris la décision d'enlever sa veste et son casque" pour signaler à la guérilla qu'il était un civil, a expliqué le ministre, Juan Carlos Pinzon.

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a indiqué dimanche que le journaliste français disparu samedi en Colombie après une attaque des Farc "a été fait prisonnier". Roméo Langlois, correspondant de la chaîne d'information France 24 en Colombie, "a été enlevé à l'occasion d'un affrontement entre les troupes colombiennes et les Farc" et "le journaliste a été fait prisonnier", a déclaré le ministre français en marge d'un meeting de l'UMP à Lyon.

"Le centre de crise (du ministère des Affaires étrangères, ndlr) est mobilisé, on est en liaison avec les autorités colombiennes", a ajouté M. Juppé, en précisant qu'il ne disposait pas d'autres informations.

Le journaliste accompagnait une brigade de l'armée qui réalisait une opération anti-drogue dans le département de Caqueta, au sud du pays. Cette offensive menée par les rebelles marxistes des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a fait au moins quatre morts et plusieurs personnes, dont M. Langlois, ont disparu.
Le Vif.be, avec L'Express.fr

D'après "ce que m'ont raconté les personnes qui étaient avec lui" avant sa disparition, "à un moment donné, il a été touché par une balle au bras gauche". Dans la "confusion" qui régnait alors sur le terrain, "il a certainement pris la décision d'enlever sa veste et son casque" pour signaler à la guérilla qu'il était un civil, a expliqué le ministre, Juan Carlos Pinzon. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a indiqué dimanche que le journaliste français disparu samedi en Colombie après une attaque des Farc "a été fait prisonnier". Roméo Langlois, correspondant de la chaîne d'information France 24 en Colombie, "a été enlevé à l'occasion d'un affrontement entre les troupes colombiennes et les Farc" et "le journaliste a été fait prisonnier", a déclaré le ministre français en marge d'un meeting de l'UMP à Lyon. "Le centre de crise (du ministère des Affaires étrangères, ndlr) est mobilisé, on est en liaison avec les autorités colombiennes", a ajouté M. Juppé, en précisant qu'il ne disposait pas d'autres informations. Le journaliste accompagnait une brigade de l'armée qui réalisait une opération anti-drogue dans le département de Caqueta, au sud du pays. Cette offensive menée par les rebelles marxistes des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a fait au moins quatre morts et plusieurs personnes, dont M. Langlois, ont disparu. Le Vif.be, avec L'Express.fr