Qu'est-ce que le "Forum de Davos" ?

Le World Economic Forum (WEF) rassemble des entrepreneurs et responsables politiques dans la station de ski des Grisons (Suisse). A l'origine, l'événement a été fondé en 1971 par l'économiste allemand Klaus Schwab pour permettre des échanges entre entrepreneurs européens et américains. Il se veut un centre de réflexion sur l'avenir, avec son slogan "Voué à l'amélioration du monde".

De nombreuses entreprises profitent de l'événement pour prendre des engagements-clés sur des questions telles que la durabilité ou l'amélioration de la diversité. Les participants en profitent également pour tenir des réunions en marge de l'évènement principal sur des sujets tels que l'investissement dans leur pays et pour conclure des affaires. Des personnalités de premier plan l'utilisent souvent pour influencer l'agenda mondial.

Reuters
© Reuters

Qui y participe ?

Le Forum économique mondiale de Davos attire généralement environ 3.000 personnes, dont un tiers environ est issu du monde des affaires. Pour y participer, deux solutions : soit vous êtes invité gracieusement, soit vous payez votre place de membre ou de partenaire. Cette deuxième option coûte entre 55.000 et 550.000 euros, selon l'AFP.

On y retrouve des leaders politiques, des personnalités de l'ONU et de l'UE et des dirigeants de grandes entreprises. Parmi les invités réguliers, on compte le financier milliardaire George Soros, l'ancien premier ministre britannique Tony Blair, le patron de Facebook Mark Zuckerberg ou encore le chanteur de U2 Bono.

À quoi s'attendre pour la 50e édition ?

La première journée de mardi sera déjà cruciale, notamment pour l'attention médiatique dédiée à l'évènement. Dans la même journée doivent s'exprimer le président américain Donald Trump et la militante suédoise pour le climat Greta Thunberg.

Greta Thunberg., Reuters
Greta Thunberg. © Reuters

Parmi les apparitions attendues, on peut également citer la Finlandaise Sanna Marin (34 ans), la plus jeune Première ministre en exercice.

Pourquoi le rendez-vous est souvent cible de critiques ?

L'évènement bénéficie d'une attention beaucoup plus vaste que son cercle de départ. Jusqu'à la crise financière, la participation à Davos était considérée comme un must. Mais les critiques ont laissé entendre qu'il s'agissait d'un symbole de "l'élite mondiale", dont certains sont responsables de cette crise.

Même parmi les participants, tout le monde n'a pas le même niveau d'accès. Des badges de couleur déterminent qui a accès à quoi, précise la BBC.

., Belgaimage
. © Belgaimage

Mais l'évènement n'attire pas seulement les puissants et est souvent ciblé par les activistes, à travers des manifestations. C'est le cas des Femen (contre la domination masculine de l'économie mondiale), le mouvement Occupy Wall Street (contre les inégalités) ou encore, cette année, une marche de trois jours vers la station pour que la question climatique en soit le thème numéro 1.

Pourquoi "Davos" ?

En plus d'être le nom d'une douillette station de ski du canton des Grisons, "Davos" est devenu l'appellation la plus courante du Forum économique mondial. Les patrons ont été rejoints à partir de la fin des années 1970 par des responsables politiques. Davos est devenu, chaque année en janvier, le lieu où l'élite mondiale, sous l'oeil de nombreuses ONG et quelques stars, débat des problèmes du monde, tout en faisant des affaires à l'abri des regards.

Getty Images/iStockphoto
© Getty Images/iStockphoto

Ce nom est aussi devenu le symbole des excès du capitalisme débridé pour les opposants à la mondialisation et les militants de l'environnement.

Le World Economic Forum (WEF) rassemble des entrepreneurs et responsables politiques dans la station de ski des Grisons (Suisse). A l'origine, l'événement a été fondé en 1971 par l'économiste allemand Klaus Schwab pour permettre des échanges entre entrepreneurs européens et américains. Il se veut un centre de réflexion sur l'avenir, avec son slogan "Voué à l'amélioration du monde". De nombreuses entreprises profitent de l'événement pour prendre des engagements-clés sur des questions telles que la durabilité ou l'amélioration de la diversité. Les participants en profitent également pour tenir des réunions en marge de l'évènement principal sur des sujets tels que l'investissement dans leur pays et pour conclure des affaires. Des personnalités de premier plan l'utilisent souvent pour influencer l'agenda mondial. Le Forum économique mondiale de Davos attire généralement environ 3.000 personnes, dont un tiers environ est issu du monde des affaires. Pour y participer, deux solutions : soit vous êtes invité gracieusement, soit vous payez votre place de membre ou de partenaire. Cette deuxième option coûte entre 55.000 et 550.000 euros, selon l'AFP.On y retrouve des leaders politiques, des personnalités de l'ONU et de l'UE et des dirigeants de grandes entreprises. Parmi les invités réguliers, on compte le financier milliardaire George Soros, l'ancien premier ministre britannique Tony Blair, le patron de Facebook Mark Zuckerberg ou encore le chanteur de U2 Bono.La première journée de mardi sera déjà cruciale, notamment pour l'attention médiatique dédiée à l'évènement. Dans la même journée doivent s'exprimer le président américain Donald Trump et la militante suédoise pour le climat Greta Thunberg. Parmi les apparitions attendues, on peut également citer la Finlandaise Sanna Marin (34 ans), la plus jeune Première ministre en exercice. L'évènement bénéficie d'une attention beaucoup plus vaste que son cercle de départ. Jusqu'à la crise financière, la participation à Davos était considérée comme un must. Mais les critiques ont laissé entendre qu'il s'agissait d'un symbole de "l'élite mondiale", dont certains sont responsables de cette crise.Même parmi les participants, tout le monde n'a pas le même niveau d'accès. Des badges de couleur déterminent qui a accès à quoi, précise la BBC.Mais l'évènement n'attire pas seulement les puissants et est souvent ciblé par les activistes, à travers des manifestations. C'est le cas des Femen (contre la domination masculine de l'économie mondiale), le mouvement Occupy Wall Street (contre les inégalités) ou encore, cette année, une marche de trois jours vers la station pour que la question climatique en soit le thème numéro 1.En plus d'être le nom d'une douillette station de ski du canton des Grisons, "Davos" est devenu l'appellation la plus courante du Forum économique mondial. Les patrons ont été rejoints à partir de la fin des années 1970 par des responsables politiques. Davos est devenu, chaque année en janvier, le lieu où l'élite mondiale, sous l'oeil de nombreuses ONG et quelques stars, débat des problèmes du monde, tout en faisant des affaires à l'abri des regards. Ce nom est aussi devenu le symbole des excès du capitalisme débridé pour les opposants à la mondialisation et les militants de l'environnement.