"Peace", "Amitié"... En surface, les noms de câbles sonnent comme une ode à la diplomatie et à la bonne entente commerciale entre les pays.

En sous-marin, les quelque 420 câbles disséminés à travers le globe, qui font transiter 99% du trafic internet mondial, révèlent souvent des rivalités entre puissances étatiques concurrentes.

En la matière, ce sont les Etats-Unis qui en possèdent la plus grande "concentration", rappelle à l'AFP Camille Morel, chercheuse rattachée au centre lyonnais d'études de sécurité internationale et de défense (CLESID) de l'Université Lyon III.

Le nouveau vecteur principal de leur puissance? L'appétit grandissant des géants américains du net -- connus sous l'acronyme "Gafam" -- pour les câbles depuis la fin des années 2010, en raison de l'explosion des flux de données transitant notamment entre l'Europe et les Etats-Unis.

Si la pose et l'exploitation des câbles sous-marins ont longtemps été la chasse gardée de grands opérateurs télécoms souvent européens, ce sont désormais Google, Facebook et consorts qui deviennent les principaux bâtisseurs.

"Il y a quatre ans, les Gafam n'avaient aucune capacité en propre sur l'Atlantique, ils louaient à des opérateurs historiques. Il y a deux ans, ils en contrôlaient 50%. Aujourd'hui ils en sont à 80%, et d'ici deux ans ils en seront à 95%", explique à l'AFP Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux internationaux d'Orange.

- "Nouvelles routes de la soie numériques" -

Si l'Europe se retrouve en position de "dépendance forte" en matière d'écosystèmes de transmission et de fonctionnement de l'internet par rapport aux Etats-Unis, ce n'est pas le cas de pays comme la Chine où cette dépendance est "nulle".

"Si demain matin tous les câbles sous-marins qui relient la Chine au reste du monde sont coupés, pour 99% de la population chinoise, il ne se passera rien du tout", affirme M. Vuillemin.

Début mars, Facebook et Google ont par exemple dû interrompre en urgence la construction d'un câble sous-marin qui aurait dû relier la Californie à Hong Kong, à cause des fortes tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine.

"Vous ne pouvez plus mettre un câble direct entre les deux pays. C'est un peu les mêmes discussions que l'on retrouve sur la 5G", confirme à l'AFP Alain Biston, PDG d'Alcatel Submarine Networks (ASN), leader mondial de la construction de câbles sous-marins.

Pour affirmer sa souveraineté dans ce domaine, la Chine tisse même sa propre toile au fond des océans à travers ses "Nouvelles routes de la soie numériques", le pendant technologique d'un vaste programme d'infrastructures destiné à projeter sa puissance économique en dehors de ses frontières.

Symbole marquant: le câble Peace, financé par des acteurs chinois, lancé en 2018. Il contourne l'Inde, grande rivale, pour connecter l'allié pakistanais au reste de l'Europe depuis Marseille, et dessert aussi le Kenya.

Si le français ASN, l'américain TE SubCom et le japonais NEC dominent un marché de construction de câbles estimé à 2 milliards d'euros, la Chine compte également faire monter en puissance son propre champion grâce au récent rapprochement entre Huawei Marine Networks et Hengtong Optic-Electric.

- Navires russes et espionnage -

Un nouvel acteur capable de bouleverser l'oligopole actuel? "Quand on voit à quelle vitesse il intervient sur le marché, on peut se poser la question. Peut-être pas tout de suite mais dans cinq ans", estime Camille Morel.

Infrastructures sensibles sur le plan géostratégique, les câbles sous-marins n'échappent pas non plus aux risques d'espionnage et de sabotage.

Au point de voir leur protection inscrite à l'ordre du jour d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN fin octobre, alors que les marines occidentales ont repéré un fort intérêt des navires russes pour les câbles des pays de l'alliance sans en connaître les raisons.

Fin mars dernier, le ministère de la Défense britannique a d'ores et déjà annoncé qu'un nouveau navire de surveillance destiné à protéger ses câbles sous-marins et d'autres infrastructures entrera en service d'ici 2024.

Signe d'une réelle menace? "En théorie, il est possible de brancher une bretelle d'espionnage sur une fibre optique en profondeur. Mais il y a tellement de +si+ pour y arriver que cela paraît quand même extraordinairement improbable", estime Jean-Luc Vuillemin, à l'unisson des experts sur le sujet.

"Peace", "Amitié"... En surface, les noms de câbles sonnent comme une ode à la diplomatie et à la bonne entente commerciale entre les pays.En sous-marin, les quelque 420 câbles disséminés à travers le globe, qui font transiter 99% du trafic internet mondial, révèlent souvent des rivalités entre puissances étatiques concurrentes. En la matière, ce sont les Etats-Unis qui en possèdent la plus grande "concentration", rappelle à l'AFP Camille Morel, chercheuse rattachée au centre lyonnais d'études de sécurité internationale et de défense (CLESID) de l'Université Lyon III.Le nouveau vecteur principal de leur puissance? L'appétit grandissant des géants américains du net -- connus sous l'acronyme "Gafam" -- pour les câbles depuis la fin des années 2010, en raison de l'explosion des flux de données transitant notamment entre l'Europe et les Etats-Unis. Si la pose et l'exploitation des câbles sous-marins ont longtemps été la chasse gardée de grands opérateurs télécoms souvent européens, ce sont désormais Google, Facebook et consorts qui deviennent les principaux bâtisseurs."Il y a quatre ans, les Gafam n'avaient aucune capacité en propre sur l'Atlantique, ils louaient à des opérateurs historiques. Il y a deux ans, ils en contrôlaient 50%. Aujourd'hui ils en sont à 80%, et d'ici deux ans ils en seront à 95%", explique à l'AFP Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux internationaux d'Orange.Si l'Europe se retrouve en position de "dépendance forte" en matière d'écosystèmes de transmission et de fonctionnement de l'internet par rapport aux Etats-Unis, ce n'est pas le cas de pays comme la Chine où cette dépendance est "nulle"."Si demain matin tous les câbles sous-marins qui relient la Chine au reste du monde sont coupés, pour 99% de la population chinoise, il ne se passera rien du tout", affirme M. Vuillemin.Début mars, Facebook et Google ont par exemple dû interrompre en urgence la construction d'un câble sous-marin qui aurait dû relier la Californie à Hong Kong, à cause des fortes tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine."Vous ne pouvez plus mettre un câble direct entre les deux pays. C'est un peu les mêmes discussions que l'on retrouve sur la 5G", confirme à l'AFP Alain Biston, PDG d'Alcatel Submarine Networks (ASN), leader mondial de la construction de câbles sous-marins.Pour affirmer sa souveraineté dans ce domaine, la Chine tisse même sa propre toile au fond des océans à travers ses "Nouvelles routes de la soie numériques", le pendant technologique d'un vaste programme d'infrastructures destiné à projeter sa puissance économique en dehors de ses frontières.Symbole marquant: le câble Peace, financé par des acteurs chinois, lancé en 2018. Il contourne l'Inde, grande rivale, pour connecter l'allié pakistanais au reste de l'Europe depuis Marseille, et dessert aussi le Kenya.Si le français ASN, l'américain TE SubCom et le japonais NEC dominent un marché de construction de câbles estimé à 2 milliards d'euros, la Chine compte également faire monter en puissance son propre champion grâce au récent rapprochement entre Huawei Marine Networks et Hengtong Optic-Electric.Un nouvel acteur capable de bouleverser l'oligopole actuel? "Quand on voit à quelle vitesse il intervient sur le marché, on peut se poser la question. Peut-être pas tout de suite mais dans cinq ans", estime Camille Morel.Infrastructures sensibles sur le plan géostratégique, les câbles sous-marins n'échappent pas non plus aux risques d'espionnage et de sabotage.Au point de voir leur protection inscrite à l'ordre du jour d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN fin octobre, alors que les marines occidentales ont repéré un fort intérêt des navires russes pour les câbles des pays de l'alliance sans en connaître les raisons.Fin mars dernier, le ministère de la Défense britannique a d'ores et déjà annoncé qu'un nouveau navire de surveillance destiné à protéger ses câbles sous-marins et d'autres infrastructures entrera en service d'ici 2024. Signe d'une réelle menace? "En théorie, il est possible de brancher une bretelle d'espionnage sur une fibre optique en profondeur. Mais il y a tellement de +si+ pour y arriver que cela paraît quand même extraordinairement improbable", estime Jean-Luc Vuillemin, à l'unisson des experts sur le sujet.