"Je voudrais que le peuple brésilien ne suive aucune des décisions imbéciles prises par le président de la République et son ministère de la Santé", a lancé Lula lors d'une conférence de presse, alors que le coronavirus a fait plus de 268.000 morts au Brésil.

L'ancien chef de l'Etat de 75 ans, qui a gouverné le pays de 2003 à 2010, a dit par ailleurs avoir été "victime du pire mensonge judiciaire en 500 ans" au Brésil. "Pour la première fois, la vérité a prévalu", a-t-il insisté. Lundi, un juge de la Cour suprême brésilienne a annulé l'ensemble des condamnations pour corrupton contre Lula pour vice de forme, le rendant à nouveau éligible pour affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022.

Lula a promis mercredi de "lutter inlassablement" pour défendre les Brésiliens contre la misère, mais n'avait pas affiché clairement son intention d'être candidat ou non l'an prochain alors que son discours, entamé une heure plus tôt, était toujours en cours.

"Je voudrais que le peuple brésilien ne suive aucune des décisions imbéciles prises par le président de la République et son ministère de la Santé", a lancé Lula lors d'une conférence de presse, alors que le coronavirus a fait plus de 268.000 morts au Brésil.L'ancien chef de l'Etat de 75 ans, qui a gouverné le pays de 2003 à 2010, a dit par ailleurs avoir été "victime du pire mensonge judiciaire en 500 ans" au Brésil. "Pour la première fois, la vérité a prévalu", a-t-il insisté. Lundi, un juge de la Cour suprême brésilienne a annulé l'ensemble des condamnations pour corrupton contre Lula pour vice de forme, le rendant à nouveau éligible pour affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022.Lula a promis mercredi de "lutter inlassablement" pour défendre les Brésiliens contre la misère, mais n'avait pas affiché clairement son intention d'être candidat ou non l'an prochain alors que son discours, entamé une heure plus tôt, était toujours en cours.