"Ce qu'il s'est passé" dimanche à Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis, "est vraiment tragique mais je pense qu'il faut attendre de voir ce que nous dira l'enquête", a-t-il déclaré aux journalistes dans le Bureau ovale.

"En attendant, je veux le redire clairement: il n'y a absolument aucune justification, aucune, aux pillages", a-t-il ajouté, tandis que la région est déjà sous haute tension puisque c'est à Minneapolis que se déroule le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd l'an dernier.

"Les manifestations pacifiques sont compréhensibles", a souligné Joe Biden.

"Et le fait est que nous savons que la colère, la douleur, la souffrance qui existent chez les personnes noires dans ce contexte, est réelle, sérieuse et importante", a poursuivi le président démocrate.

"Mais cela ne justifie pas la violence", a-t-il pris soin de souligner. "Nous devrions écouter la mère de Dante, qui appelle à la paix et au calme."

Interrogé sur le procès de Derek Chauvin, Joe Biden a dit avoir "espoir qu'il y aura un verdict et une issue qui seront soutenus par une vaste majorité des habitants de la région". "C'est ce à quoi je m'attends."

Le chef de la police de Brooklyn Center a affirmé lundi qu'une policière avait confondu son arme de service avec son pistolet à impulsion électrique lorsqu'elle a tiré dimanche sur Daunte Wright, âgé de 20 ans.

Le Taser, ou pistolet à impulsion électrique, est une arme censée être moins létale qu'une arme à feu.

"C'est un tir accidentel qui a entraîné la mort tragique de M. Wright", a ajouté le chef de la police, qui a diffusé les images de son arrestation.

Joe Biden a jugé cette vidéo "assez choquante".

"La question est: s'agit-il d'un accident ou était-ce délibéré? Cela reste à éclaircir grâce à une enquête complète", a estimé le locataire de la Maison Blanche.

"Ce qu'il s'est passé" dimanche à Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis, "est vraiment tragique mais je pense qu'il faut attendre de voir ce que nous dira l'enquête", a-t-il déclaré aux journalistes dans le Bureau ovale."En attendant, je veux le redire clairement: il n'y a absolument aucune justification, aucune, aux pillages", a-t-il ajouté, tandis que la région est déjà sous haute tension puisque c'est à Minneapolis que se déroule le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd l'an dernier."Les manifestations pacifiques sont compréhensibles", a souligné Joe Biden."Et le fait est que nous savons que la colère, la douleur, la souffrance qui existent chez les personnes noires dans ce contexte, est réelle, sérieuse et importante", a poursuivi le président démocrate."Mais cela ne justifie pas la violence", a-t-il pris soin de souligner. "Nous devrions écouter la mère de Dante, qui appelle à la paix et au calme."Interrogé sur le procès de Derek Chauvin, Joe Biden a dit avoir "espoir qu'il y aura un verdict et une issue qui seront soutenus par une vaste majorité des habitants de la région". "C'est ce à quoi je m'attends." Le chef de la police de Brooklyn Center a affirmé lundi qu'une policière avait confondu son arme de service avec son pistolet à impulsion électrique lorsqu'elle a tiré dimanche sur Daunte Wright, âgé de 20 ans.Le Taser, ou pistolet à impulsion électrique, est une arme censée être moins létale qu'une arme à feu."C'est un tir accidentel qui a entraîné la mort tragique de M. Wright", a ajouté le chef de la police, qui a diffusé les images de son arrestation.Joe Biden a jugé cette vidéo "assez choquante"."La question est: s'agit-il d'un accident ou était-ce délibéré? Cela reste à éclaircir grâce à une enquête complète", a estimé le locataire de la Maison Blanche.