Plus de 16.000 personnes, selon la police, ont déjà participé à une marche contre la terreur vendredi soir à Cambrils, ville balnéaire catalane qui avait fait le théâtre d'une nouvelle attaque quelques heures après celle perpétrée sur les Ramblas de Barcelone.

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a appelé vendredi "tout le monde à participer" à cette manifestation organisée par le gouvernement catalan et la mairie de Barcelone, après le double attentat de Barcelone et de Cambrils qui a fait 15 morts, dont un Belge, et au moins 126 blessés d'une trentaine de nationalités. Six des blessés restent hospitalisés dans "un état critique".

"Avec toute la société catalane et toute l'Espagne, nous redonnerons un message d'unité et de rejet du terrorisme et d'affection pour la ville de Barcelone", a assuré le dirigeant conservateur.

Aucun dirigeant de gouvernement étranger n'est cependant attendu à ce défilé, dont le slogan - "No tinc por" ("Je n'ai pas peur", en catalan) - sera décliné dans de nombreuses langues.

Fait rare, Felipe VI sera le premier souverain espagnol à se joindre à des manifestants depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Mais le roi ne défilera pas en tête, pas plus que les élus.

Car la maire de Barcelone, Ada Colau, a expliqué qu'au premier rang figureraient les "représentants des collectifs qui, dès la première minute, se sont occupés des victimes": forces de sécurité, services d'urgences, taxis, habitants et commerçants des Ramblas...

Des milliers de fleurs rouges, jaunes et blanches - couleurs de Barcelone - seront distribués aux participants.

Revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), les attentats de Catalogne ont été perpétrés par six jeunes Marocains âgés de 17 à 24 ans ayant grandi en Catalogne. Tous ont été tués par la police.

Plus de 16.000 personnes, selon la police, ont déjà participé à une marche contre la terreur vendredi soir à Cambrils, ville balnéaire catalane qui avait fait le théâtre d'une nouvelle attaque quelques heures après celle perpétrée sur les Ramblas de Barcelone. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a appelé vendredi "tout le monde à participer" à cette manifestation organisée par le gouvernement catalan et la mairie de Barcelone, après le double attentat de Barcelone et de Cambrils qui a fait 15 morts, dont un Belge, et au moins 126 blessés d'une trentaine de nationalités. Six des blessés restent hospitalisés dans "un état critique". "Avec toute la société catalane et toute l'Espagne, nous redonnerons un message d'unité et de rejet du terrorisme et d'affection pour la ville de Barcelone", a assuré le dirigeant conservateur. Aucun dirigeant de gouvernement étranger n'est cependant attendu à ce défilé, dont le slogan - "No tinc por" ("Je n'ai pas peur", en catalan) - sera décliné dans de nombreuses langues. Fait rare, Felipe VI sera le premier souverain espagnol à se joindre à des manifestants depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Mais le roi ne défilera pas en tête, pas plus que les élus. Car la maire de Barcelone, Ada Colau, a expliqué qu'au premier rang figureraient les "représentants des collectifs qui, dès la première minute, se sont occupés des victimes": forces de sécurité, services d'urgences, taxis, habitants et commerçants des Ramblas... Des milliers de fleurs rouges, jaunes et blanches - couleurs de Barcelone - seront distribués aux participants. Revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), les attentats de Catalogne ont été perpétrés par six jeunes Marocains âgés de 17 à 24 ans ayant grandi en Catalogne. Tous ont été tués par la police.