Cette ancienne préfette de 66 ans, sans étiquette politique, était interrogée par le quotidien Repubblica sur un soi disant "triplement" des débarquements de migrants en Italie, avancé par M. Salvini qui a demandé de "stopper cette invasion".

"Je n'ai pas de telles informations. Nous ne faisons face à aucune invasion", a répondu la ministre, spécialiste des questions de sécurité et considérée comme une "technicienne" du gouvernement formé le 5 septembre par le Mouvement 5 Etoiles (anti-establishment) et le Parti démocrate (centre gauche). Elle a ainsi expliqué qu'"en 2019, les arrivées (de migrants et demandeurs d'asile) ont été d'environ 9.600 personnes contre 22.000 pour toute l'année 2018".

La seule hausse a concerné septembre 2019 face au même mois de 2018 mais "c'est lié surtout à l'arrivée de personnes de façon autonome (sans l'aide d'ONG ou le secours des autorités, ndlr), un phénomène qui n'est pas nouveau". Il ne s'agit pas d'une émigration de masse: "en 2018 les migrants arrivés sur de petites embarcations avaient été environ 6.000 alors que, depuis le début de l'année, on en a dénombré environ 7.500".