Mardi entrera en fonctions la nouvelle Assemblée nationale, élue le 6 décembre à l'issue d'élections législatives boycottées par l'opposition. Désormais dominé par le parti au pouvoir (256 sièges sur 277), ce Parlement unicaméral était jusque-là la seule institution encore contrôlée par l'opposition.

Pour Benigno Alarcon, directeur du Centre d'études politiques de l'Université catholique Andrés Bello, avec cette nouvelle donne, la dualité présidentielle ne devrait "pas se poursuivre longtemps, du moins selon les modalités de 2019". D'autant, estime le chercheur, que M. Maduro "va utiliser" les mesures de restrictions liées à la pandémie de Covid-19 pour étouffer toute manifestation, comme il l'a fait en 2020.

Le 23 janvier 2019, Juan Guaido, alors président de l'Assemblée nationale, avait prêté serment en tant que président intérimaire du Venezuela. Il avait invoqué la vacance à la tête de l'Etat, après que les députés avaient approuvé un texte qualifiant Nicolas Maduro d'"usurpateur" car élu, selon eux, à la suite d'un scrutin frauduleux en 2018.

L'opposant avait été officiellement reconnu comme président intérimaire par plus de 50 pays, États-Unis en tête, marquant un tournant dans la crise politique et impulsant une nouvelle vague de manifestations massives contre le pouvoir. Il jouissait alors d'une cote de popularité de 80%, selon l'institut de sondage Datanalisis.

- Pas de bases constitutionnelles -

Le 26 décembre, lors d'une session virtuelle, l'Assemblée nationale, dont les décisions sont systématiquement invalidées par la Cour suprême, considérée par l'opposition comme inféodée au pouvoir, a approuvé un texte qui assure sa "continuité administrative" avec Juan Guaido à sa tête.

"La continuité (du pouvoir législatif) sera exercée par l'Assemblée nationale élue le 6 décembre 2015", selon le texte. Elle fonctionnera à travers une "commission déléguée jusqu'à ce qu'aient lieu des élections présidentielle et parlementaires libres".

"Mais cette continuité administrative n'a pas de fondements légaux constitutionnels", souligne le politologue Jesus Castillo-Molleda.

Et cette dualité exécutive et législative "pèse plus à l'extérieur qu'à l'intérieur" du pays, renchérit Benigno Alarcon. "Au Venezuela, nous savons tous que ce poste est plus symbolique qu'autre chose", car Nicolas Maduro, qui jouit toujours du soutien de l'armée, contrôle le pays et les institutions "par la force".

"Il est fort probable qu'en ne parvenant pas à régler la crise, Juan Guaido se retrouve dans la position d'un opposant en exil", estime Rafael Alvarez, analyste pour la société Luriscorp.

Même si, dans un entretien récent à l'AFP, le chef de file de l'opposition a exclu de quitter le pays malgré les menaces d'emprisonnement.

- Peu d'avancées démocratiques -

Le rôle de l'administration américaine, aux mains du démocrate Joe Biden à partir du 20 janvier, sera également crucial, compte tenu du fort appui octroyé à Juan Guaido par le sortant Donald Trump, artisan de lourdes sanctions économiques contre le pouvoir.

Mais "le schéma de la police extérieure américaine envers le Venezuela est ne peut pas changer du jour au lendemain, surtout si l'on pense aux sanctions politiques, financières et diplomatiques" mises en oeuvre, relève Rafael Alvarez. Il est "possible que nous assistions à des stratégies différentes en termes d'approche de la crise, sans abandonner la pression".

Parallèlement, sur le plan intérieur, Juan Guaido fait face à un "rejet très important", souligne Benigno Alarcon.

Pour preuve, la faible participation au référendum organisé par l'opposition pour rejeter les résultats des élections du 6 décembre et assurer la continuité de son pouvoir législatif.

Le scrutin symbolique, organisé sur internet et en présentiel du 7 au 12 décembre, n'a guère mobilisé, même si l'opposition assure que plus de 6 millions de Vénézuéliens ont participé.

Pour 2021, Benigno Alarcon prédit avant tout "une année de persécution, de renforcement de l'autocratie (...) une année avec peu d'avancées démocratiques".

Mardi entrera en fonctions la nouvelle Assemblée nationale, élue le 6 décembre à l'issue d'élections législatives boycottées par l'opposition. Désormais dominé par le parti au pouvoir (256 sièges sur 277), ce Parlement unicaméral était jusque-là la seule institution encore contrôlée par l'opposition.Pour Benigno Alarcon, directeur du Centre d'études politiques de l'Université catholique Andrés Bello, avec cette nouvelle donne, la dualité présidentielle ne devrait "pas se poursuivre longtemps, du moins selon les modalités de 2019". D'autant, estime le chercheur, que M. Maduro "va utiliser" les mesures de restrictions liées à la pandémie de Covid-19 pour étouffer toute manifestation, comme il l'a fait en 2020. Le 23 janvier 2019, Juan Guaido, alors président de l'Assemblée nationale, avait prêté serment en tant que président intérimaire du Venezuela. Il avait invoqué la vacance à la tête de l'Etat, après que les députés avaient approuvé un texte qualifiant Nicolas Maduro d'"usurpateur" car élu, selon eux, à la suite d'un scrutin frauduleux en 2018. L'opposant avait été officiellement reconnu comme président intérimaire par plus de 50 pays, États-Unis en tête, marquant un tournant dans la crise politique et impulsant une nouvelle vague de manifestations massives contre le pouvoir. Il jouissait alors d'une cote de popularité de 80%, selon l'institut de sondage Datanalisis. - Pas de bases constitutionnelles -Le 26 décembre, lors d'une session virtuelle, l'Assemblée nationale, dont les décisions sont systématiquement invalidées par la Cour suprême, considérée par l'opposition comme inféodée au pouvoir, a approuvé un texte qui assure sa "continuité administrative" avec Juan Guaido à sa tête. "La continuité (du pouvoir législatif) sera exercée par l'Assemblée nationale élue le 6 décembre 2015", selon le texte. Elle fonctionnera à travers une "commission déléguée jusqu'à ce qu'aient lieu des élections présidentielle et parlementaires libres"."Mais cette continuité administrative n'a pas de fondements légaux constitutionnels", souligne le politologue Jesus Castillo-Molleda. Et cette dualité exécutive et législative "pèse plus à l'extérieur qu'à l'intérieur" du pays, renchérit Benigno Alarcon. "Au Venezuela, nous savons tous que ce poste est plus symbolique qu'autre chose", car Nicolas Maduro, qui jouit toujours du soutien de l'armée, contrôle le pays et les institutions "par la force"."Il est fort probable qu'en ne parvenant pas à régler la crise, Juan Guaido se retrouve dans la position d'un opposant en exil", estime Rafael Alvarez, analyste pour la société Luriscorp.Même si, dans un entretien récent à l'AFP, le chef de file de l'opposition a exclu de quitter le pays malgré les menaces d'emprisonnement. - Peu d'avancées démocratiques -Le rôle de l'administration américaine, aux mains du démocrate Joe Biden à partir du 20 janvier, sera également crucial, compte tenu du fort appui octroyé à Juan Guaido par le sortant Donald Trump, artisan de lourdes sanctions économiques contre le pouvoir.Mais "le schéma de la police extérieure américaine envers le Venezuela est ne peut pas changer du jour au lendemain, surtout si l'on pense aux sanctions politiques, financières et diplomatiques" mises en oeuvre, relève Rafael Alvarez. Il est "possible que nous assistions à des stratégies différentes en termes d'approche de la crise, sans abandonner la pression". Parallèlement, sur le plan intérieur, Juan Guaido fait face à un "rejet très important", souligne Benigno Alarcon. Pour preuve, la faible participation au référendum organisé par l'opposition pour rejeter les résultats des élections du 6 décembre et assurer la continuité de son pouvoir législatif. Le scrutin symbolique, organisé sur internet et en présentiel du 7 au 12 décembre, n'a guère mobilisé, même si l'opposition assure que plus de 6 millions de Vénézuéliens ont participé. Pour 2021, Benigno Alarcon prédit avant tout "une année de persécution, de renforcement de l'autocratie (...) une année avec peu d'avancées démocratiques".