"Vingt-sept soldats et combattants prorégime, dont quatre hauts gradés syriens" ont péri dans une série d'attaques dans le désert dans l'est de la province centrale de Homs, a rapporté l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH). Huit combattants dont deux officiers ont par ailleurs été tués jeudi soir dans la province orientale de Deir Ezzor, également dans un secteur du désert qui s'étend du centre de la Syrie à la frontière irakienne, selon l'OSDH.

Il s'agit des attaques les plus meurtrières lancées par l'EI contre les forces du régime depuis l'annonce de l'éradication de son "califat" par une force arabo-kurde syrienne le 23 mars, a déclaré l'ONG. L'EI a revendiqué les attaques via son organe de propagande Amaq, affirmant que ses combattants avaient tendu une "embuscade" jeudi aux forces du régime "qui avaient essayé de traquer des djihadistes" dans la région de Homs. Les combats qui ont suivi ont duré jusqu'à vendredi dans la nuit. Six djihadistes ont été tués, selon l'OSDH. Appuyées par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les Forces démocratiques syriennes (FDS)", fer de lance de la lutte anti-EI en Syrie, ont annoncé il y a un mois la fin du "califat" autoproclamé en 2014 sur les territoires alors conquis en Syrie et en Irak voisin par l'organisation djihadiste.

Des djihadistes de l'EI restent néanmoins disséminés dans le désert syrien et parviennent à mener des attaques. Le 26 mars, dans la première attaque meurtrière du groupe ultraradical après la chute de son "califat", sept combattants des FDS avaient été tués à Minbej (nord). Minbej a été l'un des bastions de l'EI en Syrie avant de passer sous le contrôle des FDS. L'EI a appelé à frapper les forces kurdes pour "venger" ses pertes territoriales. Selon l'OSDH, des centaines de combattants des FDS ont été tués en Syrie depuis août dans des attaques attribuées à des cellules dormantes de l'EI. Le conflit en Syrie, déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

"Vingt-sept soldats et combattants prorégime, dont quatre hauts gradés syriens" ont péri dans une série d'attaques dans le désert dans l'est de la province centrale de Homs, a rapporté l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH). Huit combattants dont deux officiers ont par ailleurs été tués jeudi soir dans la province orientale de Deir Ezzor, également dans un secteur du désert qui s'étend du centre de la Syrie à la frontière irakienne, selon l'OSDH. Il s'agit des attaques les plus meurtrières lancées par l'EI contre les forces du régime depuis l'annonce de l'éradication de son "califat" par une force arabo-kurde syrienne le 23 mars, a déclaré l'ONG. L'EI a revendiqué les attaques via son organe de propagande Amaq, affirmant que ses combattants avaient tendu une "embuscade" jeudi aux forces du régime "qui avaient essayé de traquer des djihadistes" dans la région de Homs. Les combats qui ont suivi ont duré jusqu'à vendredi dans la nuit. Six djihadistes ont été tués, selon l'OSDH. Appuyées par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les Forces démocratiques syriennes (FDS)", fer de lance de la lutte anti-EI en Syrie, ont annoncé il y a un mois la fin du "califat" autoproclamé en 2014 sur les territoires alors conquis en Syrie et en Irak voisin par l'organisation djihadiste. Des djihadistes de l'EI restent néanmoins disséminés dans le désert syrien et parviennent à mener des attaques. Le 26 mars, dans la première attaque meurtrière du groupe ultraradical après la chute de son "califat", sept combattants des FDS avaient été tués à Minbej (nord). Minbej a été l'un des bastions de l'EI en Syrie avant de passer sous le contrôle des FDS. L'EI a appelé à frapper les forces kurdes pour "venger" ses pertes territoriales. Selon l'OSDH, des centaines de combattants des FDS ont été tués en Syrie depuis août dans des attaques attribuées à des cellules dormantes de l'EI. Le conflit en Syrie, déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.