"Son intention était un coup d'Etat. Je le dis officiellement", a déclaré Orozbek Opoumbaïev, chef du Service national de sécurité du Kirghizstan (GKNB), lors d'une conférence de presse à Bichkek.

Almazbek Atambaïev, chef d'Etat de 2011 à 2017, a été placé en détention vendredi dernier jusqu'au 26 août à l'issue de deux assauts des forces spéciales marqués par des violences qui ont accompagné sa spectaculaire arrestation.

Celle-ci a mobilisé près de 2.000 policiers, dont le ministre de l'Intérieur en personne, conduit à la mort d'un membre des forces spéciales et fait une centaine de blessés.

Accusé initialement de corruption, M. Atambaïev a dénoncé ces accusations comme "absurdes" et estimé être victime d'un conflit personnel avec son successeur et rival, le président actuel Sooronbaï Jeenbekov.

"Son intention était un coup d'Etat. Je le dis officiellement", a déclaré Orozbek Opoumbaïev, chef du Service national de sécurité du Kirghizstan (GKNB), lors d'une conférence de presse à Bichkek. Almazbek Atambaïev, chef d'Etat de 2011 à 2017, a été placé en détention vendredi dernier jusqu'au 26 août à l'issue de deux assauts des forces spéciales marqués par des violences qui ont accompagné sa spectaculaire arrestation. Celle-ci a mobilisé près de 2.000 policiers, dont le ministre de l'Intérieur en personne, conduit à la mort d'un membre des forces spéciales et fait une centaine de blessés.Accusé initialement de corruption, M. Atambaïev a dénoncé ces accusations comme "absurdes" et estimé être victime d'un conflit personnel avec son successeur et rival, le président actuel Sooronbaï Jeenbekov.