Les enquêteurs ont fouillé une maison dans le quartier de Sant Pere, emportant notamment deux sacs et une boîte, selon le site du journal 'La Vanguardia'. Les policiers en uniforme et en civil, présents en nombre, ont bouclé la rue dans laquelle se trouvait cette maison de Ripoll, une localité située à 90 km au nord de Barcelone.

Des témoins cités par le quotidien ont affirmé avoir entendu "beaucoup de bruit" durant la perquisition, mais sans être en mesure d'en préciser l'origine. Les autorités espagnoles recherchaient toujours lundi un jeune Marocain de 22 ans, Younes Abouyaaquoub, originaire de Ripoll. Il est le conducteur présumé de la camionnette blanche qui a renversé des dizaines de personnes jeudi dernier sur les Ramblas de Barcelone, faisant treize morts selon un bilan officiel.

La police catalane estime qu'il aurait pu gagner la France. Samedi, la police avait déjà perquisitionné le domicile de l'imam marocain, Abdelbaki Es Satty, soupçonné d'avoir radicalisé les jeunes qui auraient rejoint le groupe djihadiste ayant commis le double attentat de Barcelone et Cambrils. Mais il a disparu depuis mardi.

La police a évoqué la possibilité qu'il ait péri dans l'explosion survenue mercredi soir dans une maison à Alcanar, en Catalogne, où la cellule à l'origine de la double attaque préparait "un ou plusieurs attentats".

Les enquêteurs ont fouillé une maison dans le quartier de Sant Pere, emportant notamment deux sacs et une boîte, selon le site du journal 'La Vanguardia'. Les policiers en uniforme et en civil, présents en nombre, ont bouclé la rue dans laquelle se trouvait cette maison de Ripoll, une localité située à 90 km au nord de Barcelone. Des témoins cités par le quotidien ont affirmé avoir entendu "beaucoup de bruit" durant la perquisition, mais sans être en mesure d'en préciser l'origine. Les autorités espagnoles recherchaient toujours lundi un jeune Marocain de 22 ans, Younes Abouyaaquoub, originaire de Ripoll. Il est le conducteur présumé de la camionnette blanche qui a renversé des dizaines de personnes jeudi dernier sur les Ramblas de Barcelone, faisant treize morts selon un bilan officiel. La police catalane estime qu'il aurait pu gagner la France. Samedi, la police avait déjà perquisitionné le domicile de l'imam marocain, Abdelbaki Es Satty, soupçonné d'avoir radicalisé les jeunes qui auraient rejoint le groupe djihadiste ayant commis le double attentat de Barcelone et Cambrils. Mais il a disparu depuis mardi. La police a évoqué la possibilité qu'il ait péri dans l'explosion survenue mercredi soir dans une maison à Alcanar, en Catalogne, où la cellule à l'origine de la double attaque préparait "un ou plusieurs attentats".