Devenu pour ses soutiens un symbole du combat pour la liberté d'informer, l'Australien de 49 ans doit être fixé sur son sort par la juge Vanessa Baraitser à partir de 11H00 HB à la cour de l'Old Bailey, à Londres.

A 49 ans, l'Australien à la chevelure argentée saura donc lundi si la justice britannique accepte ou s'oppose à son extradition vers les Etats-Unis. Julian Assange y est poursuivi pour la diffusion en 2010, sur sa plateforme WikiLeaks, de plus de 700.000 documents concernant les activités militaires et diplomatiques de Washington. Il risque jusqu'à 175 ans de prison.

En attendant d'être fixé sur son sort, il est incarcéré dans la prison de Belmarsh, au sud-est de Londres, où ses conditions de détention ont été dénoncées par le rapporteur de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, comme une "situation inhumaine", qui mettrait sa vie "en danger". Il a été amené dans cet établissement pénitentiaire de haute sécurité immédiatement après avoir été extrait en avril 2019 de l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié sept ans plus tôt, déguisé en coursier, alors sous le coup de poursuites pour viol en Suède, depuis abandonnées.

Quelle que soit la décision, elle est susceptible de recours, si bien que la bataille judiciaire ne s'arrêtera sans doute pas là au Royaume-Uni.

REUTERS
© REUTERS

Reste également à savoir quelle sera l'attitude de l'administration du futur président américain Joe Biden à l'égard du fondateur de WikiLeaks. Julian Assange se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump. Sous son prédécesseur Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks. Mais il y a tout juste 10 ans, celui qui accèdera dans moins d'un mois la Maison Blanche avait comparé Julian Assange à un "terroriste high-tech".

Julian Assange, héros d'une transparence parfois controversée

"Terroriste high tech" ou héros traqué de la liberté d'informer, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, fait figure d'ardent défenseur de la transparence à tout prix, dont l'image s'est troublée au fil des années.

Pendant ses années de réclusion dans ces locaux diplomatiques, Assange a eu deux enfants avec l'une de ses avocates, Stella Moris, une Sud-Africaine de 37 ans.

Son image de "cyber-warrior" s'est brouillée au fil des ans, en particulier avec la diffusion par sa plateforme, en 2016, à un moment-clé de la campagne présidentielle américaine, de milliers de courriels piratés provenant du Parti démocrate et de l'équipe d'Hillary Clinton qui ont contribué à fragiliser la candidate.

Ces révélations avaient alors suscité des éloges appuyés du candidat Donald Trump, qui avait lancé lors d'un meeting: "J'adore WikiLeaks !" Selon la CIA, ces documents ont été obtenus auprès d'agents russes, ce que nie la plateforme.

Cet épisode a alimenté les soupçons de collusion avec la Russie d'un Assange dont les révélations se font souvent au détriment des Etats-Unis, et qui a collaboré avec la chaîne de télévision RT, proche du Kremlin.

- "Libérer la presse" -

L'Australien a commencé sa vie ballotté de droite à gauche par sa mère, Christine Ann Assange, une artiste de théâtre séparée de son père avant sa naissance.

Il compare son enfance à celle de Tom Sawyer, entre construction de radeau et explorations diverses de son environnement. A 15 ans, il a déjà vécu dans plus de 30 villes australiennes avant de se poser à Melbourne où il étudie les mathématiques, la physique et l'informatique.

Doué, travailleur, il est happé par la communauté des hackers et commence à pirater les sites internet de la Nasa ou du Pentagone en utilisant le pseudonyme de "Mendax".

C'est à cette époque qu'il a un premier fils, Daniel, dont il se disputera la garde avec la mère. Lorsqu'il lance WikiLeaks dans le but de "libérer la presse" et de "démasquer les secrets et abus d'Etat", il devient, selon un de ses biographes, "l'homme le plus dangereux du monde".

Il se fait connaître du grand public en 2010 avec la publication de centaines de milliers de documents américains. Un coup d'éclat qui lui vaut d'être présenté comme un champion de la liberté d'informer.

Sa notoriété grandit, les critiques s'accumulent.

En 2011, les cinq journaux (dont The New York Times, The Guardian et Le Monde) associés à WikiLeaks condamnent la méthode de la plateforme, qui rend publics des télégrammes du département d'Etat américain non expurgés. Ils estiment que les documents sont susceptibles de "mettre certaines sources en danger". La critique sera reprise par le lanceur d'alerte Edward Snowden.

Mais un noyau dur lui est resté fidèle, à l'instar de l'actrice américaine Pamela Anderson, mais aussi nombre d'associations de journalistes opposées à son extradition.

Devenu pour ses soutiens un symbole du combat pour la liberté d'informer, l'Australien de 49 ans doit être fixé sur son sort par la juge Vanessa Baraitser à partir de 11H00 HB à la cour de l'Old Bailey, à Londres.A 49 ans, l'Australien à la chevelure argentée saura donc lundi si la justice britannique accepte ou s'oppose à son extradition vers les Etats-Unis. Julian Assange y est poursuivi pour la diffusion en 2010, sur sa plateforme WikiLeaks, de plus de 700.000 documents concernant les activités militaires et diplomatiques de Washington. Il risque jusqu'à 175 ans de prison.En attendant d'être fixé sur son sort, il est incarcéré dans la prison de Belmarsh, au sud-est de Londres, où ses conditions de détention ont été dénoncées par le rapporteur de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, comme une "situation inhumaine", qui mettrait sa vie "en danger". Il a été amené dans cet établissement pénitentiaire de haute sécurité immédiatement après avoir été extrait en avril 2019 de l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié sept ans plus tôt, déguisé en coursier, alors sous le coup de poursuites pour viol en Suède, depuis abandonnées. Quelle que soit la décision, elle est susceptible de recours, si bien que la bataille judiciaire ne s'arrêtera sans doute pas là au Royaume-Uni. Reste également à savoir quelle sera l'attitude de l'administration du futur président américain Joe Biden à l'égard du fondateur de WikiLeaks. Julian Assange se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump. Sous son prédécesseur Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks. Mais il y a tout juste 10 ans, celui qui accèdera dans moins d'un mois la Maison Blanche avait comparé Julian Assange à un "terroriste high-tech"."Terroriste high tech" ou héros traqué de la liberté d'informer, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, fait figure d'ardent défenseur de la transparence à tout prix, dont l'image s'est troublée au fil des années.Pendant ses années de réclusion dans ces locaux diplomatiques, Assange a eu deux enfants avec l'une de ses avocates, Stella Moris, une Sud-Africaine de 37 ans.Son image de "cyber-warrior" s'est brouillée au fil des ans, en particulier avec la diffusion par sa plateforme, en 2016, à un moment-clé de la campagne présidentielle américaine, de milliers de courriels piratés provenant du Parti démocrate et de l'équipe d'Hillary Clinton qui ont contribué à fragiliser la candidate.Ces révélations avaient alors suscité des éloges appuyés du candidat Donald Trump, qui avait lancé lors d'un meeting: "J'adore WikiLeaks !" Selon la CIA, ces documents ont été obtenus auprès d'agents russes, ce que nie la plateforme.Cet épisode a alimenté les soupçons de collusion avec la Russie d'un Assange dont les révélations se font souvent au détriment des Etats-Unis, et qui a collaboré avec la chaîne de télévision RT, proche du Kremlin.L'Australien a commencé sa vie ballotté de droite à gauche par sa mère, Christine Ann Assange, une artiste de théâtre séparée de son père avant sa naissance.Il compare son enfance à celle de Tom Sawyer, entre construction de radeau et explorations diverses de son environnement. A 15 ans, il a déjà vécu dans plus de 30 villes australiennes avant de se poser à Melbourne où il étudie les mathématiques, la physique et l'informatique.Doué, travailleur, il est happé par la communauté des hackers et commence à pirater les sites internet de la Nasa ou du Pentagone en utilisant le pseudonyme de "Mendax".C'est à cette époque qu'il a un premier fils, Daniel, dont il se disputera la garde avec la mère. Lorsqu'il lance WikiLeaks dans le but de "libérer la presse" et de "démasquer les secrets et abus d'Etat", il devient, selon un de ses biographes, "l'homme le plus dangereux du monde".Il se fait connaître du grand public en 2010 avec la publication de centaines de milliers de documents américains. Un coup d'éclat qui lui vaut d'être présenté comme un champion de la liberté d'informer.Sa notoriété grandit, les critiques s'accumulent.En 2011, les cinq journaux (dont The New York Times, The Guardian et Le Monde) associés à WikiLeaks condamnent la méthode de la plateforme, qui rend publics des télégrammes du département d'Etat américain non expurgés. Ils estiment que les documents sont susceptibles de "mettre certaines sources en danger". La critique sera reprise par le lanceur d'alerte Edward Snowden.Mais un noyau dur lui est resté fidèle, à l'instar de l'actrice américaine Pamela Anderson, mais aussi nombre d'associations de journalistes opposées à son extradition.