"Le quinquennat qui s'achève, devait unir les Français, il les a divisés comme jamais. Il devait régler des problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l'écologie", a tancé la candidate socialiste dans une attaque contre le bilan d'Emmanuel Macron.

"Nous devons réinventer notre modèle français fragilisé par ces crises multiples", sanitaires, climatiques, a déclaré la candidate, affirmant vouloir rétablir "le respect" et l'unité du pays. "Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m'a été donnée", a affirmé la maire de Paris qui a rappelé ses origines espagnoles et avoir choisi la nationalité française à 14 ans.

"Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. A tous nos enfants", a-t-elle insisté. Elle a ajouté vouloir "commencer par mettre fin au mépris, à l'arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous", décidée à se détacher de l'image parisianiste que lui collent ses opposants.

Une poignée d'entre eux, bloqués derrière des barrières à quelques centaines de mètres, se sont fait entendre pendant son discours en brandissant une pancarte "Paris aujourd'hui, demain la France. Stop au saccage", en référence à la campagne à Paris dénonçant les travaux dans la capitale. S'ajoutant à plusieurs autres candidatures à gauche, Anne Hidalgo est créditée de 7 à 9% des voix selon les sondages.

"Le quinquennat qui s'achève, devait unir les Français, il les a divisés comme jamais. Il devait régler des problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l'écologie", a tancé la candidate socialiste dans une attaque contre le bilan d'Emmanuel Macron. "Nous devons réinventer notre modèle français fragilisé par ces crises multiples", sanitaires, climatiques, a déclaré la candidate, affirmant vouloir rétablir "le respect" et l'unité du pays. "Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m'a été donnée", a affirmé la maire de Paris qui a rappelé ses origines espagnoles et avoir choisi la nationalité française à 14 ans. "Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. A tous nos enfants", a-t-elle insisté. Elle a ajouté vouloir "commencer par mettre fin au mépris, à l'arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous", décidée à se détacher de l'image parisianiste que lui collent ses opposants. Une poignée d'entre eux, bloqués derrière des barrières à quelques centaines de mètres, se sont fait entendre pendant son discours en brandissant une pancarte "Paris aujourd'hui, demain la France. Stop au saccage", en référence à la campagne à Paris dénonçant les travaux dans la capitale. S'ajoutant à plusieurs autres candidatures à gauche, Anne Hidalgo est créditée de 7 à 9% des voix selon les sondages.