Selon ce site, Mme Greoli, qui est également vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a mis fin à cinq mandats sans les déclarer jusqu'au bout, alors que deux autres, en cours depuis respectivement 2008 et 2015, n'ont pas été déclarés.

"L'entièreté des sept mandats mentionnés l'ont tous été à titre gratuit", a affirmé la ministre dans un communiqué.

Selon elle, la plupart de ces mandats étaient dérivés de sa fonction de secrétaire nationale des Mutualités chrétiennes (MC).

"Il y a été mis fin alors qu'elle était encore cheffe de cabinet du ministre Prévot, afin d'éviter tout conflit d'intérêt", a poursuivi Mme Greoli.

Elle a assuré qu'elle a, en devenant ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en avril 2016, avoir quitté "immédiatement le seul mandat rémunéré qu'elle comptait alors", à la Société fédérale de Participations et d'Investissement (SFPI) - que le site Cumuleo ne recense pour sa part pas.

Selon ce site, Mme Greoli, qui est également vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a mis fin à cinq mandats sans les déclarer jusqu'au bout, alors que deux autres, en cours depuis respectivement 2008 et 2015, n'ont pas été déclarés. "L'entièreté des sept mandats mentionnés l'ont tous été à titre gratuit", a affirmé la ministre dans un communiqué. Selon elle, la plupart de ces mandats étaient dérivés de sa fonction de secrétaire nationale des Mutualités chrétiennes (MC). "Il y a été mis fin alors qu'elle était encore cheffe de cabinet du ministre Prévot, afin d'éviter tout conflit d'intérêt", a poursuivi Mme Greoli. Elle a assuré qu'elle a, en devenant ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en avril 2016, avoir quitté "immédiatement le seul mandat rémunéré qu'elle comptait alors", à la Société fédérale de Participations et d'Investissement (SFPI) - que le site Cumuleo ne recense pour sa part pas.