En tout, Housen a servi en Afghanistan pendant six mois en 2003 et 2004 en tant qu'assistant spécial du commandant de la force internationale et chef de l'armée belge. À ce titre, il était responsable de l'organisation et de la sécurité du "Haut Conseil" constitutionnel et coopérait avec les dirigeants du pays de l'époque et ceux qui viennent d'être expulsés. Ensuite, il a supervisé le désarmement des armées privées des chefs de guerre. Pour Housen, dès le départ, la situation a mal tourné en Afghanistan.
...

En tout, Housen a servi en Afghanistan pendant six mois en 2003 et 2004 en tant qu'assistant spécial du commandant de la force internationale et chef de l'armée belge. À ce titre, il était responsable de l'organisation et de la sécurité du "Haut Conseil" constitutionnel et coopérait avec les dirigeants du pays de l'époque et ceux qui viennent d'être expulsés. Ensuite, il a supervisé le désarmement des armées privées des chefs de guerre. Pour Housen, dès le départ, la situation a mal tourné en Afghanistan.Vous avez été l'une des premières unités belges à poser le pied en Afghanistan en octobre 2003. Quelle a été votre première impression ?Roger Housen : L'un des premiers locaux à qui j'ai parlé en Afghanistan était le coiffeur local du quartier général de la FIAS (Force internationale d'assistance à la sécurité). Lorsque je lui ai demandé son avis sur la situation et s'il pensait que la présence de la force internationale avait permis des améliorations tangibles, il m'a répondu que mon prédécesseur lui avait posé la même question six mois plus tôt et que mon successeur ferait de même dans six mois. Et son successeur poserait très probablement la même question au bout de 12 mois. C'était une belle entrée en matière. "Je n'aime pas les talibans", a-t-il déclaré, "mais lorsque vous et vos successeurs aurez disparu depuis longtemps, ils seront toujours en Afghanistan. Je n'ai donc pas d'autre choix que de les fréquenter". Nous avons passé 20 ans à essayer de faire ce que ce coiffeur savait que nous n'arriverions pas faire : tenir plus longtemps que les talibans. Et il a eu raison. Vous pouvez déloger les talibans, mais depuis le début, le temps joue en leur faveur. Ils ont pu rester en se cachant. Pour nous, il y avait de toute façon une limite de temps - que l'intervention ait duré deux ou vingt ans.Le coiffeur local avait un meilleur jugement que les services secrets américains.Manifestement, oui. En 2002 et 2003, la guerre en Afghanistan était un cas clair de lutte contre le terrorisme et, en particulier, d'élimination des "auteurs" du 11 septembre 2001 - Al-Qaïda. À partir de 2004, le champ d'action de l'intervention a été progressivement élargi - ce que l'on appelle aussi la dérive de la mission. La nouvelle devise, c'étaient la contre-insurrection - la lutte contre les rebelles talibans - et la construction de la nation - quoi que Biden puisse en dire aujourd'hui. Mais il n'y a jamais eu de stratégie politique et militaire claire et suffisamment précise pour relever les défis sur le terrain. C'était difficile de le faire. On dit parfois que la Belgique est un pays complexe, mais par rapport à l'Afghanistan, nous excellons en simplicité. Différents tribus, clans, langues, religions, etc. Tous ces différents groupes avaient leur propre loyauté, mais jamais envers le gouvernement de Kaboul. Pour réussir une contre-insurrection, il faut avant tout un partenaire local fiable. Mais le gouvernement Karzai était inefficace, corrompu et frauduleux. Il n'avait aucune légitimité auprès de l'Afghan moyen. Et le gouvernement Ghani n'était pas beaucoup mieux.Fin 2003, vous étiez coresponsable de l'organisation et de la sécurité de la loya jirga constitutionnelle, une réunion au cours de laquelle on a élaboré la nouvelle constitution afghane.En effet. Je me rappelle bien de la construction d'un complexe pour la réunion à l'Université technique dans la banlieue de Kaboul. Les tentes ont été fournies par la société De Boer de Bree - c'est d'ailleurs très étrange de tomber sur une société d'événements flamande dans un Kaboul déchiré. Au cours de la Loya Jirga, quelque 500 chefs tribaux, seigneurs de guerre, ministres, gouverneurs de province, anciens des clans, religieux et juristes se sont réunis. Ils ont discuté des différents passages de la Consitution en petits groupes, qui ont ensuite été présentés à tous. J'ai régulièrement eu l'occasion de discuter longuement avec les présidents des groupes de discussion, les délégués et leurs conseillers juridiques. Il est vite apparu qu'ils voulaient revenir au statu quo d'avant l'invasion russe du pays. Ils étaient préoccupés par le rétablissement ou la préservation des traditions et des relations de pouvoir existantes. Mais c'étaient surtout les Américains qui prenaient les décisions - bien qu'il y ait également des pressions de Berlin, Londres et Paris, entre autres. Ils espéraient imposer un modèle occidental et centralisé de l'extérieur - comme s'ils voulaient faire entrer tout le pays dans une babouchka.Et là, les choses ont mal tourné ?L'Afghanistan n'est pas une nation "classique", une communauté de personnes partageant des croyances, des caractéristiques, une origine, une culture et des valeurs communes. Il existe quatorze groupes ethniques officiels, ainsi qu'un ensemble d'"autres ethnies". Le pays compte également quatre langues officielles. Ainsi, le "Grand Conseil" constitutionnel ne voulait pas d'une autorité centrale forte avec un président puissant - ce que l'Occident préconisait. C'était l'un des points de discussion les plus animés. L'application de la charia, du système juridique souhaité et des droits des femmes a également donné lieu à de vives confrontations, où la notion de "confrontation" peut être interprétée littéralement. Plus d'une fois, il y a eu des bagarres entre les délégués, au cours desquelles mes agents ont dû littéralement séparer les combattants à coup de battes de baseball. Une expérience quelque peu étrange, je peux vous le dire.Les Américains sur le terrain ont-ils perçu les relations et les sensibilités locales de la même manière?Pas vraiment. Ils croyaient sincèrement que l'opération militaire et la construction de la nation seraient un succès retentissant. Mais en réalité, les processus constitutionnels n'étaient qu'une feuille d'or sur une plaie béante.Si vous voulez vous engager dans la construction d'une nation, il est crucial de créer un contexte stable, sûr et prévisible. Il faut ensuite s'assurer que les services de base pour la population fonctionnent à nouveau : électricité, eau, soins médicaux, collecte des déchets, éducation des enfants et des adolescents. Ce genre de choses. Ils créent la confiance et une forme de lien avec les troupes et les travailleurs humanitaires étrangers. De cette façon, vous pouvez pénétrer le tissu et gagner la "compétition" avec l'adversaire - les talibans dans ce cas. Ce n'est qu'ensuite que vous pourrez commencer à penser aux aspects administratifs et économiques. La première chose est déjà une tâche extrêmement difficile, surtout en tant que puissance étrangère. Mais les États-Unis - et par extension l'ensemble de la communauté internationale - ont négligé cette première phase. Avec les conséquences que l'on sait.Quel rôle les autorités afghanes ont-elles joué dans cette affaire ?Malheureusement, il n'est pas positif. L'un des problèmes était que les gouvernements des présidents Hamid Karzai et Ashraf Ghani étaient corrompus jusqu'à la moelle. C'était clair pour tout le monde. Rappelez-vous la lettre ouverte de Peter Galbraith, numéro deux de la mission de l'ONU en Afghanistan, qui était responsable, entre autres, des questions électorales. Lorsqu'en 2009, il dénonce la fraude électorale dans le pays et estime que la communauté internationale ferme les yeux, il est rapidement démis de ses fonctions. Les gouvernements afghans ont peu de légitimité dans le pays. En effet, de nombreux dirigeants locaux - ainsi que l'Afghan moyen - préféraient de loin un taliban maléfique, mais prévisible à un gouvernement imprévisible et frauduleux. Le gouvernement était aussi exécrable que la peste, mais les talibans pas aussi exécrables que le choléra.L'armée afghane a connu un déclin rapide ces dernières semaines, beaucoup plus rapide que ce que beaucoup auraient pu prédire.C'est évidemment facile de dire cela après coup, mais il était clair que l'armée afghane n'avait pas de colonne vertébrale institutionnelle. Il n'y avait pas de système ou de cadre de gestion du personnel pour garantir une préparation adéquate, pas de système de promotion approprié, pas de système de rémunération approprié, pas de responsabilité. Dans presque toutes les armées, il faut 20 ans d'expérience pour diriger un bataillon. En Afghanistan, les gars les plus brillants et sans expérience ont soudainement été placés à la tête de quelques centaines de soldats. En outre, presque tout le monde savait que le nombre officiel de soldats afghans était bien inférieur à la réalité et que la corruption était endémique. Tout cela a pu continuer tant que l'armée afghane pouvait compter sur le soutien des États-Unis. Ils ont fourni tout le contexte qui a rendu les opérations possibles : de l'appui aérien rapproché au renseignement, en passant par la maintenance. Une fois qu'ils ont commencé à se retirer, l'armée afghane était un oiseau pour le chat. Quand la majorité des troupes afghanes se battent uniquement pour l'argent - on ne se bat pour un gouvernement corrompu - tandis que les talibans se battent par conviction, on sait que la bataille sera bientôt terminée. Et c'est ce qui s'est passé.