"Les forces américaines ont mené aujourd'hui une frappe aérienne défensive" de drone, lancée depuis l'extérieur de l'Afghanistan, "contre un véhicule à Kaboul, éliminant une menace imminente de l'EI-K contre l'aéroport international" Hamid Karzai, a précisé Bill Urban, un porte-parole du commandement central.

, a-t-il ajouté. "Nous vérifions l'éventualité de victimes civiles", a-t-il dit en précisant n'avoir "pas d'indication à cette heure" qu'il y en ait. "De fortes explosions secondaires provenant du véhicule ont montré la présence d'une quantité importante d'explosifs", a-t-il ajouté. "Nous restons vigilants face à de futures menaces potentielles."

"Nous sommes certains d'avoir atteint la cible"

Joe Biden avait fait savoir samedi qu'une nouvelle attaque était "hautement probable", après l'attentat de jeudi aux abord de l'aéroport de Kaboul, revendiqué par l'EI-K et qui a fait plus d'une centaine de morts dont 13 militaires américains.

En représailles, les Etats-Unis ont effectué une frappe de drone en Afghanistan, tuant deux membres du groupe Etat islamique et en blessant un troisième, et prévenu que ce ne serait pas "la dernière".

Le président américain et son épouse Jill Biden se trouvaient dimanche matin sur la base militaire de Dover, à l'est de Washington, auprès de familles de ces militaires lorsque l'annonce de la dernière frappe aérienne est tombé.

Les talibans ont soudainement repris le pouvoir le 15 août, entrant sans combattre dans Kaboul après la débâcle de l'armée afghane, longtemps soutenue par les Américains et leurs alliés avant que ceux-ci n'amorcent leur retrait. Depuis, plus de 110.000 personnes ont quitté le pays à bord de la noria d'avions affrétés notamment par les Occidentaux qui se succèdent sur le tarmac.

"Les forces américaines ont mené aujourd'hui une frappe aérienne défensive" de drone, lancée depuis l'extérieur de l'Afghanistan, "contre un véhicule à Kaboul, éliminant une menace imminente de l'EI-K contre l'aéroport international" Hamid Karzai, a précisé Bill Urban, un porte-parole du commandement central., a-t-il ajouté. "Nous vérifions l'éventualité de victimes civiles", a-t-il dit en précisant n'avoir "pas d'indication à cette heure" qu'il y en ait. "De fortes explosions secondaires provenant du véhicule ont montré la présence d'une quantité importante d'explosifs", a-t-il ajouté. "Nous restons vigilants face à de futures menaces potentielles."Joe Biden avait fait savoir samedi qu'une nouvelle attaque était "hautement probable", après l'attentat de jeudi aux abord de l'aéroport de Kaboul, revendiqué par l'EI-K et qui a fait plus d'une centaine de morts dont 13 militaires américains.En représailles, les Etats-Unis ont effectué une frappe de drone en Afghanistan, tuant deux membres du groupe Etat islamique et en blessant un troisième, et prévenu que ce ne serait pas "la dernière".Le président américain et son épouse Jill Biden se trouvaient dimanche matin sur la base militaire de Dover, à l'est de Washington, auprès de familles de ces militaires lorsque l'annonce de la dernière frappe aérienne est tombé.Les talibans ont soudainement repris le pouvoir le 15 août, entrant sans combattre dans Kaboul après la débâcle de l'armée afghane, longtemps soutenue par les Américains et leurs alliés avant que ceux-ci n'amorcent leur retrait. Depuis, plus de 110.000 personnes ont quitté le pays à bord de la noria d'avions affrétés notamment par les Occidentaux qui se succèdent sur le tarmac.