Le groupe de combattants, munis de grenades et d'armes automatiques, s'était emparé de deux bâtiments dans cette zone en principe très sécurisée du nord-est de la capitale afghane. L'attaque a été revendiquée par les talibans, qui combattant depuis dix ans le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'Otan.

"Il y avait sept assaillants, deux (kamikazes) qui ont déclenché les bombes qu'ils portaient sur eux et cinq autres qui ont été tués dans les combats", a annoncé à la presse le chef de la police de Kaboul, Mohammad Ayoub Salangi.

"Il n'y a pas de victimes chez les forces de sécurité, et nous n'avons pas non plus d'informations sur des victimes civiles jusqu'ici", a-t-il ajouté.

L'aéroport de Kaboul, gardé par de nombreux hommes en armes, accueille des avions civils et militaires et une partie est réservée à la coalition de l'OTAN menée par les Etats-Unis. Il a été fermé à tous les vols lundi matin.

Un porte-parole de la coalition a indiqué que "des personnes de la Force internationale de l'OTAN (Isaf) se trouvaient aux côtés des forces afghanes, mais que l'opération était menée par ces dernières".

Le groupe de combattants, munis de grenades et d'armes automatiques, s'était emparé de deux bâtiments dans cette zone en principe très sécurisée du nord-est de la capitale afghane. L'attaque a été revendiquée par les talibans, qui combattant depuis dix ans le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'Otan. "Il y avait sept assaillants, deux (kamikazes) qui ont déclenché les bombes qu'ils portaient sur eux et cinq autres qui ont été tués dans les combats", a annoncé à la presse le chef de la police de Kaboul, Mohammad Ayoub Salangi. "Il n'y a pas de victimes chez les forces de sécurité, et nous n'avons pas non plus d'informations sur des victimes civiles jusqu'ici", a-t-il ajouté. L'aéroport de Kaboul, gardé par de nombreux hommes en armes, accueille des avions civils et militaires et une partie est réservée à la coalition de l'OTAN menée par les Etats-Unis. Il a été fermé à tous les vols lundi matin. Un porte-parole de la coalition a indiqué que "des personnes de la Force internationale de l'OTAN (Isaf) se trouvaient aux côtés des forces afghanes, mais que l'opération était menée par ces dernières".