Sale temps pour l'Eglise catholique ! La mise au jour, de l'Europe à l'Australie, des Etats-Unis au Chili, d'une pédocriminalité de grande ampleur au sein du clergé et, surtout, de sa dissimulation par le système ecclésial fait trembler sur ses bases un édifice déjà fragilisé par la sécularisation de la société. Il est sans doute trop tard pour les replâtrages. Seuls des changements radicaux assureront la survie de l'institution catholique romaine. Pourtant, de toute évidence, l'Eglise n'a pas encore mesuré l'étendue du désastre. Les maigres résultats du sommet du Vatican sur les violences sexuelles de prêtres et religieux le confirment.
...