À en croire une information relayée par le quotidien néerlandais De Volkskrant, en décembre dernier, la paroisse de Västerås a utilisé le pronom pour la première fois pour annoncer le culte de Noël dans un quotidien.

Selon De Standaard, la directive sera officielle à partir du 20 mai, jour de la Pentecôte. Depuis 2015, la langue suédoise possède en effet un pronom personnel neutre. Outre han (il) et hon (elle), le suédois a désormais le neutre hen.

Sans surprise, la décision de l'Église de Suède est loin de plaire à tout le monde. Interrogée par le quotidien suédois Dagens Nyheter, la prêtresse Susann Senter n'y voit aucune provocation. Elle explique que la décision a fait l'objet d'un débat de fond et que l'Église reconnaît que le personnage historique Jésus était un homme. Mais pour Stenter, c'est là un élément non pertinent pour la foi chrétienne dans la Suède moderne. "Jésus est Dieu et humain. Jésus transcende lui ou elle", conclut-elle.

Soucieux d'ouvrir l'Église à tous, et notamment aux transsexuels et aux travestis, Mikael Mogren, l'évêque de Västerås, soutient cette décision. "J'ai lu des formulations désobligeantes sur les travestis, les transsexuels et autres personnes trans. C'est pourquoi je veux faire comprendre une chose : les personnes trans sont créées par Dieu, leurs corps appartiennent aux belles et uniques créatures de Dieu." (CB)

À en croire une information relayée par le quotidien néerlandais De Volkskrant, en décembre dernier, la paroisse de Västerås a utilisé le pronom pour la première fois pour annoncer le culte de Noël dans un quotidien. Selon De Standaard, la directive sera officielle à partir du 20 mai, jour de la Pentecôte. Depuis 2015, la langue suédoise possède en effet un pronom personnel neutre. Outre han (il) et hon (elle), le suédois a désormais le neutre hen.Sans surprise, la décision de l'Église de Suède est loin de plaire à tout le monde. Interrogée par le quotidien suédois Dagens Nyheter, la prêtresse Susann Senter n'y voit aucune provocation. Elle explique que la décision a fait l'objet d'un débat de fond et que l'Église reconnaît que le personnage historique Jésus était un homme. Mais pour Stenter, c'est là un élément non pertinent pour la foi chrétienne dans la Suède moderne. "Jésus est Dieu et humain. Jésus transcende lui ou elle", conclut-elle. Soucieux d'ouvrir l'Église à tous, et notamment aux transsexuels et aux travestis, Mikael Mogren, l'évêque de Västerås, soutient cette décision. "J'ai lu des formulations désobligeantes sur les travestis, les transsexuels et autres personnes trans. C'est pourquoi je veux faire comprendre une chose : les personnes trans sont créées par Dieu, leurs corps appartiennent aux belles et uniques créatures de Dieu." (CB)