Lors des festivités du 11 juillet, on a eu droit à un Bart De Wever en famille avec ses quatre enfants et en grande forme, voire goguenard. Lorsque dans la foule il repère notre premier ministre Elio Di Rupo, il lui lance un tonitruant "Tu me reconnais encore, parce que j'ai perdu un peu de poids ?". Après une comparaison de leur tablette de chocolat respective, le président de la N-VA est bien obligé d'avouer qu'il lui reste encore quelques kilos à perdre. Et de préciser qu'il fait, comme Elio, beaucoup de sport : "Moi, je vais trois fois par semaine". Un aveu sur lequel notre Premier ministre s'empresse de répondre que lui n'y va que deux fois , mais que désormais il va faire comme lui et accélérer la cadence.
Ce genre de conversation va-t-il radicalement changer la face de notre pays ? Il est fort à parier que non. De toute façon, les vrais débats étaient ailleurs puisque dans le brouhaha ambiant on entendait surtout les bisbilles au sein du gouvernement flamand.

POUR LA VIDEO, CLIQUEZ ICI >>

LeVif.be

Lors des festivités du 11 juillet, on a eu droit à un Bart De Wever en famille avec ses quatre enfants et en grande forme, voire goguenard. Lorsque dans la foule il repère notre premier ministre Elio Di Rupo, il lui lance un tonitruant "Tu me reconnais encore, parce que j'ai perdu un peu de poids ?". Après une comparaison de leur tablette de chocolat respective, le président de la N-VA est bien obligé d'avouer qu'il lui reste encore quelques kilos à perdre. Et de préciser qu'il fait, comme Elio, beaucoup de sport : "Moi, je vais trois fois par semaine". Un aveu sur lequel notre Premier ministre s'empresse de répondre que lui n'y va que deux fois , mais que désormais il va faire comme lui et accélérer la cadence. Ce genre de conversation va-t-il radicalement changer la face de notre pays ? Il est fort à parier que non. De toute façon, les vrais débats étaient ailleurs puisque dans le brouhaha ambiant on entendait surtout les bisbilles au sein du gouvernement flamand. POUR LA VIDEO, CLIQUEZ ICI >>LeVif.be