Au moment d'accèder à la plus haute fonction exécutive du pays, Lumumba, à peine âgé de 34 ans, a un niveau scolaire de cinquième primaire, n'a jamais eu la moindre expérience administrative d'échelon supérieur, et est, selon les faits, d'une conduite morale sulfureuse. Et, tandis que le mot "indépendance" est partout dans les esprits et bouches des jeunes intellectuels de Léopoldville réunis au sein d'associations culturelles dynamiques depuis 1950 ou plus tôt, Lumumba refuse de dénoncer le colonialisme. Au contraire, il blâme et raille ceux-là qui prononcent le mot "indépendance" ou " émancipation ". Jusqu'en 1958, il caresse dans le sens du poil la générosité bienveillante du colonisateur. Il prône une "communauté belgo-congolaise" à la tête de laquelle serait et demeurerait le Belge. Il juge inconvenant et absurde de revendiquer l'autonomie.
...

Au moment d'accèder à la plus haute fonction exécutive du pays, Lumumba, à peine âgé de 34 ans, a un niveau scolaire de cinquième primaire, n'a jamais eu la moindre expérience administrative d'échelon supérieur, et est, selon les faits, d'une conduite morale sulfureuse. Et, tandis que le mot "indépendance" est partout dans les esprits et bouches des jeunes intellectuels de Léopoldville réunis au sein d'associations culturelles dynamiques depuis 1950 ou plus tôt, Lumumba refuse de dénoncer le colonialisme. Au contraire, il blâme et raille ceux-là qui prononcent le mot "indépendance" ou " émancipation ". Jusqu'en 1958, il caresse dans le sens du poil la générosité bienveillante du colonisateur. Il prône une "communauté belgo-congolaise" à la tête de laquelle serait et demeurerait le Belge. Il juge inconvenant et absurde de revendiquer l'autonomie.Même si Lumumba n'a pas été chef de l'Etat, il est néanmoins la personnalité congolaise peut-être la plus connue dans le monde. Ses proches admirateurs, ethniques et politiques, l'ont hissé, bien avant les calculs stratégiques de Joseph Mobutu, au rang exceptionnel, voire mystique, de "héros national". Leader politique ambitieux et d'une audace quasi sans borne, il est considéré, aujourd'hui encore, comme un réel " monument pour l'Afrique et le monde". Il doit être pris en compte dans toute étude sur l'histoire politique du Congo.Né en 1925, Lumumba a une formation scolaire rudimentaire, acquise chez les protestants à Wembo Nyama, et qu'il s'efforce d'améliorer par des lectures personnelles, et des cours du soir libres. A Stanleyville, il travaille au service des Postes et Télécommunications. Il suit un enseignement de neuf mois (1947) à l'Ecole postale à Léopoldville où il fait l'expérience du bouillonnement d'activités culturelles et associatives animées par les jeunes intellectuels dits évolués. Très soucieux de se faire admettre au rang envié d'évolué, il s'engage, à Stanleyville, dans de nombreuses associations au sein desquelles il occupe un rang élevé : président de l'Amicale des Postiers Indigènes de la Province orientale (Apipo), président de l'Association des Anciens Elèves des Pères de Scheut, alors qu'il n'a jamais étudié dans une école scheutiste, président de l'Association des Evolués de Stanleyville, président de l'Association du personnel auxiliaire indigène de la Colonie (Apic), membre fondateur et vice-président de l'Union belgo-congolaise de Stanleyville, président de la Fédération des Batetelas de Léopoldville.Féru d'écriture, Lumumba publie de multiples articles dans la presse au Congo et en Belgique. Il rassemble même plusieurs de ces articles pour un ouvrage, Le Congo terre d'avenir est-il menacé ? Les textes, qui datent d'avant son contact avec les leaders panafricanistes, sont tous laudateurs de l'oeuvre coloniale.Elevé au statut qu'il a tant convoité d'immatriculé, comme un évolué, intellectuel civilisé, Lumumba cherche à vivre selon son rang et, visiblement, au-dessus de ses moyens de commis de 2e classe. Maintes fois soupçonné et finalement accusé de détournements, notamment de 125226 francs (peut-être l'équivalent de 12000 euros actuels) en usant d'une " malhonnêteté foncière ", en juillet 1956, Lumumba est arrêté, jugé, condamné et envoyé à la prison militaire de Ndolo à Léopoldville. Libéré quelques mois plus tard, sous condition, Lumumba est engagé comme directeur adjoint chargé de la promotion commerciale à Bracongo, et rejoint les évolués ayant rédigé le Manifeste de Conscience Africaine. Il participe à la création du Mouvement national congolais (10 octobre 1958) dont l'idée était déjà lancée, en 1956, par l'Abbé Malula, qui pensait à un Mouvement National Catholique. Lumumba en est élu président du Comité central provisoire, dans des circonstances peu claires.Le tournant capital de sa vie advient avec sa participation à la Conférence du Rassemblement des Peuples africains organisée à Accra (5-13 décembre 1958). Il rencontre les grands panafricanistes aux idées progressistes : Nkrumah, Sekou Touré, Nasser, Modibo Keita, etc. On notera que le pouvoir colonial belge avait empêché Kasa-Vubu d'y prendre part parce que ce dernier était jugé plus intellectuel, plus révolutionnaire et, donc, plus dangereux que Lumumba qui aura écrit, dans la presse, de nombreux articles de "bon élève", faisant la louange des grands bienfaits de l'oeuvre coloniale belge au Congo. Malheureusement pour le colonisateur, Lumumba revient de cette conférence complètement transformé, l'esprit ouvert à la réalité colonialiste, et décidément acquis à l'idée de l'indépendance à tout prix pour l'Afrique.A la "Table ronde" de Bruxelles, Lumumba est absent, emprisonné à Jadotville (Katanga) à la suite des troubles survenus lors du congrès du MNC à Stanleyville, fin octobre 1959. Depuis la Belgique, l'Abako de Kasa-Vubu réclame sa présence et obtient gain de cause. Il est libéré et est directement emmené à Bruxelles. A l'issue de la Table ronde, le gouvernement belge lui confie la charge d'informateur en vue de la formation du gouvernement du Congo indépendant, puis il est élu Premier ministre par le Parlement.A la cérémonie de l'indépendance, le jeudi 30 juin 1960, Lumumba, incité par ses conseillers belges, commet une faute diplomatique. Alors qu'il n'était pas prévu au programme déjà arrêté, il prend le micro et lâche une diatribe "aux allures marxisantes" contre le système colonial belge. Dans le contexte impitoyable de la guerre froide, il semble qu'il aura signé là son arrêt de mort - même si au dîner prévu dans la soirée, Lumumba prononcera un discours "compensatoire", s'excusant auprès du roi pour sa pensée qui serait mal comprise. Cinq jours après l'indépendance, le Congo est en grave crise (mutinerie de l'armée, sécessions, massacres de Bakwanga, neutralisation du gouvernement, destitution du Premier ministre). Lumumba est arrêté, acheminé à Elisabethville, et assassiné le 17 janvier 1961.L'histoire garde de Lumumba une mémoire ambiguë, le situant entre "Dieu et Diable". Il est, pour certains, le grand héros qui aura arraché l'indépendance au pouvoir blanc. Il est, pour d'autres, la personnalité principale par qui est arrivée une large part des misères du Congo postcolonial du fait de son immaturité évidente, de sa naïveté profonde, de sa témérité sans mesure ou encore de son extrémisme inconsidéré. Il est vu comme un nationaliste fantastique, courageux, bravant hardiment l'iniquité des puissances capitalistes et impérialistes. Mais il est aussi ce personnage pervers, dépourvu de manières des gens civilisés, qui aura chassé les Belges du Congo, et qui aura inspiré à Mobutu les idées communistes qui ont abouti à la très préjudiciable nationalisation des biens des étrangers.Même s'il avait vécu plus longtemps, Lumumba n'aurait pas mené le Congo sur la route de la bonne gouvernance, de la rigueur, de la justice et du progrès. Seule une race de dirigeants "purs et durs" est à même d'assurer la préservation et la consolidation des bienfaits rêvés de l'indépendance.