Si Cléopâtre est certainement l'une des femmes les plus célèbres de l'Antiquité - tour à tour fille de roi, reine-mère, soeur au coeur d'intrigues politiques, mais aussi vile séductrice, insatiable et provocatrice - sa renommée n'a néanmoins jamais permis de retrouver son tombeau, dont la localisation reste encore un mystère à ce jour.
...

Si Cléopâtre est certainement l'une des femmes les plus célèbres de l'Antiquité - tour à tour fille de roi, reine-mère, soeur au coeur d'intrigues politiques, mais aussi vile séductrice, insatiable et provocatrice - sa renommée n'a néanmoins jamais permis de retrouver son tombeau, dont la localisation reste encore un mystère à ce jour.Certains historiens rapportent que le corps de Cléopâtre a été embaumé, d'autres disent que, sur les ordres d'Octave, la dernière reine d'Égypte a été enterrée aux côtés de son époux romain, Marc Antoine. Mais où son corps peut-il bien reposer ? A-t-elle été enterrée à Alexandrie, ville où elle est née et où elle a exercé son règne ? Cette théorie domine à l'heure actuelle. Pour autant, un tsunami ravagea les terres le 21 juillet 365 ap. J.-C., et l'ancienne Alexandrie repose désormais à environ six mètres en dessous du niveau de la mer.D'autres suggèrent que le dernier lieu de repos de Cléopâtre se situe plutôt à environ 50 km de là, dans l'ancien temple de Taposiris Magna, construit par ses ancêtres ptolémaïques sur le delta du Nil. Une théorie elle aussi possible, étant donné que plus d'un millier d'objets significatifs de l'époque y ont déjà été retrouvés : poteries, pièces de monnaie, bijoux, statues... Taposiris Magna est aujourd'hui l'un des sites archéologiques les plus actifs d'Égypte.Une récente fouille, réalisée par l'équipe du Dr Kathleen Martínez,dans les ruines du temple, pourrait bien confirmer cette seconde version de l'Histoire. Et pour cause, les archéologues ont découvert deux momies d'individus de haut rang qui vivaient à l'époque de Cléopâtre. Peut-être même ont-ils rencontré, ou même servi, cette grande reine.Si les momies ont été retrouvées dans un mauvais état de conservation à cause d'une infiltration des eaux, des signes montrent qu'elles étaient autrefois recouvertes de feuilles d'or, un luxe réservé aux personnes issues des couches supérieures de la société.Une radiographie par rayon X effectuée sur les momies révèle qu'il s'agit d'un homme et d'une femme, potentiellement des prêtres qui pourraient avoir joué un rôle clé dans le maintien du pouvoir des pharaons. Du moins, l'image d'un scarabée, symbolisant la renaissance, peinte à la feuille d'or sur l'un de deux corps le laisse à penser.À l'heure actuelle, seule une infime partie de ce vaste site a été exploré. Kathleen Martínez, qui y travaille depuis plus de 14 ans, est convaincue que la tombe de Cléopâtre s'y trouve. Et cette nouvelle découverte, qu'elle estime "sensationnelle", ne fait que confirmer ses doutes.Durant ces longues années de fouilles, de nombreux trésors se sont révélés à l'archéologue dominicaine : notamment une statue sans tête d'un pharaon - qui serait le roi Ptolémée IV, l'ancêtre de Cléopâtre-, ainsi qu'une plaque sur laquelle est gravée une inscription désignant le temple comme un lieu dédié à la déesse Isis. Or, Cléopâtre se considérait comme "l'incarnation humaine d'Isis", a déclaré Martínez. Étranges coïncidences...Enfin, sur le site de l'autel du temple, où des prêtres auraient fait des offrandes aux dieux, 200 pièces portant le nom de Cléopâtre, ainsi que son visage, ont été retrouvées.Cette découverte relie non seulement Cléopâtre directement à Taposiris Magna, mais révèle également une image saisissante de la reine, expliquent les chercheurs dans un documentaire consacré à cette "chasse" aux trésors. On découvre une reine au nez proéminent et au double menton. Bref, une représentation bien éloignée de la beauté classique telle qu'immortalisée dans de nombreux films et romans contemporains...