Le 17 mars 2002, le jour où Alain Van der Biest s'en est allé

17/03/19 à 09:30 - Mise à jour à 14/03/19 à 14:19
Du Le Vif/L'Express du 14/03/19

Il aurait dû être à Anvers. Enfin, c'est ce qu'il avait annoncé à Elisabeth, son épouse, en quittant la maison ce dimanche matin. Mais ce n'était là qu'un prétexte. Car dans les faits, l'homme s'est contenté de rejoindre sa maison d'enfance, à Grâce-Hollogne. Là, il a avalé des médicaments. En grande quantité.

Parce que, ce matin-là, il n'avait pas envie d'aller flâner dans la métropole anversoise. Ni ailleurs. Il avait juste envie de s'en aller. Pour ne jamais revenir. Cet homme, évidemment, n'est pas n'importe qui. Alain Van der Biest fut enseignant, journaliste, écrivain, avant de s'engager pleinement dans la politique. En 1975, bénéficiant de la protection d'un André Cools tout-puissant, il est catapulté au poste de secrétaire national du Parti socialiste belge. Deux ans plus tard, il devient bourgmestre de Grâce-Hollogne. ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné