14-18 : le poids des manuels scolaires

08/11/18 à 10:40 - Mise à jour à 10:44

Source: Le Vif

Après avoir été pensée, préparée et théorisée dans les états-majors par le futur envahisseur allemand avant 1914, la guerre devient après l'armistice un nouveau chapitre des manuels scolaires à enseigner dans chaque classe à travers tout le pays. Au fil du temps, le ton va évoluer.

Entre les armes et les manuels scolaires, n'y aurait-il qu'une distinction d'ordre cosmétique ? Ceux-là ne seraient-ils pas les préludes à celles-ci ? Armer les jeunes esprits à coups de discours bellicistes ou nationalistes, exaltant les héros et les martyrs du passé, n'est pas une pratique neuve. Il suffit de songer aux manuels d'Ernest Lavisse, incarnant l'histoire positiviste et hégémonique dans la France de l'après-1870. Leurs relents patriotiques ont rempli l'esprit de nombreux jeunes cerveaux qui ne demandaient qu'à s'enflammer - la fleur au fusil ! - lors de la déflagration de l'été 1914. Dans quelle mesure l'école a-t-elle pu préparer les esprits à la guerre ? C'est une des questions qui se poseront à l'issue du conflit.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires