l est rare qu'une image soit aussi déformée que celle que nous ont présentée les films Sissi de l'impératrice autrichienne Elisabeth. C'est qu'elle était tout sauf l'héroïne romantique que Romy Schneider incarne à l'écran. Elle était certes belle et intelligente, elle pouvait être charmante mais, peu après son mariage, son comportement devint hystérique et asocial. Elle entretenait avec son mari, l'empereur François-Joseph, une relation médiocre et, mis à part la Hongrie, elle manifestait peu d'intérêt pour l'Empire des Habsbourg au...

l est rare qu'une image soit aussi déformée que celle que nous ont présentée les films Sissi de l'impératrice autrichienne Elisabeth. C'est qu'elle était tout sauf l'héroïne romantique que Romy Schneider incarne à l'écran. Elle était certes belle et intelligente, elle pouvait être charmante mais, peu après son mariage, son comportement devint hystérique et asocial. Elle entretenait avec son mari, l'empereur François-Joseph, une relation médiocre et, mis à part la Hongrie, elle manifestait peu d'intérêt pour l'Empire des Habsbourg au faîte duquel elle se trouvait.Elisabeth en vint à éviter Vienne où l'étiquette stricte de la Cour lui pesait. Elle voyageait beaucoup et s'épuisait à des activités physiques. Il peut paraître étrange qu'une personne telle qu'Elisabeth, vouant un intérêt limité pour l'exercice du pouvoir, ait pu subir un attentat. Dans la mesure où de nombreux anarchistes avaient trouvé refuge en Suisse à partir de 1880, elle évita dans un premier temps de se rendre dans ce pays. Mais en 1898, comme le danger semblait écarté, l'impératrice décida de passer la fin de l'été au bord du lac Léman. Le 10 septembre, la presse locale écrivit qu'elle était descendue à l'hôtel Beau Rivage. Luigi Luchesi, un anarchiste italien de 23 ans, avait espéré une telle nouvelle avec impatience car il voulait à tout prix épingler une personne de sang royal. Son premier choix tomba sur le roi d'Italie, Humbert, mais il n'avait pas assez d'argent pour partir à sa poursuite en Italie.Après avoir appris la nouvelle dans la presse locale, Luchesi alla se poster devant le palace, un poignard caché dans la manche. A sa grande satisfaction, il vit apparaître l'impératrice au début de l'après-midi, en compagnie de sa camériste. Les deux femmes semblaient se rendre vers l'embarcadère tout proche où avait accosté le bac de Montreux. Luchesi courut vers elles, s'assura que c'était bien l'impératrice qu'il avait en face de lui et lui plongea le poignard dans la poitrine. " Sissi " tomba en arrière, mais elle se releva aussitôt. Le personnel de l'hôtel voulut s'occuper d'elle, mais elle se sentit encore la force de poursuivre sa promenade vers le bateau. Une fois à bord, elle s'effondra et mourut. Luchesi l'avait frappée en plein coeur.Entre-temps, des témoins avaient saisi le meurtrier et l'avaient livré à la police. Luchesi fut condamné à la prison à perpétuité. Quand, onze ans plus tard, il se pendit dans sa cellule, le monde avait oublié jusqu'à son existence. Elisabeth avait rêvé d'être enterrée en bord de mer, de préférence sur l'île de Corfou, mais la cour de Vienne en décida autrement. Elle fut inhumée dans la chapelle de la cour, près de son fils Rodolphe.