A l'aube de dimanche, "une personne nous a informés au téléphone d'une voix sereine qu'il y avait plusieurs blessés" dans le village de San Pedro Ayampuc, à environ 25 kilomètres au nord de la capitale, a déclaré à des médias locaux Sergio Vasquez, porte-parole des pompiers volontaires. Sur place, il est apparu que 11 personnes avaient été tuées et 15 blessées. Selon M. Vasquez, le massacre a eu lieu dans une fabrique de liqueurs. Les pompiers ont découvert les corps des personnes tuées dissimulés dans l'établissement ou dans des rues voisines. La justice a ouvert une enquête pour déterminer le motif et les auteurs du massacre. Le ministre de l'Intérieur, Mauricio Lopez, a déclaré à la presse que cette tuerie pourrait être liée aux groupes criminels appelés "pandillas" ou "maras" actifs dans la région. Le Guatemala connaît un haut niveau de violence, avec plus de 6.000 morts par an en moyenne. Les autorités estiment qu'environ la moitié de ces morts violentes sont liées au trafic de drogue et aux luttes entre les groupes criminels rivaux. (Belga)

A l'aube de dimanche, "une personne nous a informés au téléphone d'une voix sereine qu'il y avait plusieurs blessés" dans le village de San Pedro Ayampuc, à environ 25 kilomètres au nord de la capitale, a déclaré à des médias locaux Sergio Vasquez, porte-parole des pompiers volontaires. Sur place, il est apparu que 11 personnes avaient été tuées et 15 blessées. Selon M. Vasquez, le massacre a eu lieu dans une fabrique de liqueurs. Les pompiers ont découvert les corps des personnes tuées dissimulés dans l'établissement ou dans des rues voisines. La justice a ouvert une enquête pour déterminer le motif et les auteurs du massacre. Le ministre de l'Intérieur, Mauricio Lopez, a déclaré à la presse que cette tuerie pourrait être liée aux groupes criminels appelés "pandillas" ou "maras" actifs dans la région. Le Guatemala connaît un haut niveau de violence, avec plus de 6.000 morts par an en moyenne. Les autorités estiment qu'environ la moitié de ces morts violentes sont liées au trafic de drogue et aux luttes entre les groupes criminels rivaux. (Belga)