Il reviendra à la cour d'appel de Paris, où sont examinées la plupart des situations de ces Rwandais accusés de génocide, de se prononcer sur un éventuel renvoi dans leur pays d'origine des deux hommes, ce qui constituerait une première en France. L'audience est prévue mercredi. La décision, qui devrait être mise en délibéré à une date ultérieure, sera encore susceptible d'être frappée d'un pourvoi. Si plusieurs pays, comme le Canada, ont accepté d'extrader des génocidaires présumés vers Kigali, la justice française a toujours rejeté les multiples demandes adressées par le Rwanda. La Cour de cassation est toujours allée dans ce sens. Mercredi, la cour d'appel de Paris examinera deux requêtes visant Claude Muhayimana, 52 ans, qui possède aussi depuis 2010 la nationalité française, et Innocent Musabyimana, 41 ans. Le premier est notamment accusé par Kigali d'avoir participé au massacre de Tutsis dans la ville de Kibuye (Ouest), le second dans la province de Gisenyi (Nord-Ouest), près de la frontière congolaise. Le génocide rwandais a fait en trois mois, entre avril et juillet 1994, plus de 800.000 morts, dans leur immense majorité des membres de la minorité tutsi, mais aussi des Hutu modérés. (Belga)

Il reviendra à la cour d'appel de Paris, où sont examinées la plupart des situations de ces Rwandais accusés de génocide, de se prononcer sur un éventuel renvoi dans leur pays d'origine des deux hommes, ce qui constituerait une première en France. L'audience est prévue mercredi. La décision, qui devrait être mise en délibéré à une date ultérieure, sera encore susceptible d'être frappée d'un pourvoi. Si plusieurs pays, comme le Canada, ont accepté d'extrader des génocidaires présumés vers Kigali, la justice française a toujours rejeté les multiples demandes adressées par le Rwanda. La Cour de cassation est toujours allée dans ce sens. Mercredi, la cour d'appel de Paris examinera deux requêtes visant Claude Muhayimana, 52 ans, qui possède aussi depuis 2010 la nationalité française, et Innocent Musabyimana, 41 ans. Le premier est notamment accusé par Kigali d'avoir participé au massacre de Tutsis dans la ville de Kibuye (Ouest), le second dans la province de Gisenyi (Nord-Ouest), près de la frontière congolaise. Le génocide rwandais a fait en trois mois, entre avril et juillet 1994, plus de 800.000 morts, dans leur immense majorité des membres de la minorité tutsi, mais aussi des Hutu modérés. (Belga)