Gaetano Trainito, surnommé "oeil de verre" car il n'a pas d'oeil gauche, travaillait pour l'association mafieuse Stidda Niscemi. Il avait bénéficié du statut de repenti avant d'être condamné par la Cour d'assises de Milan. L'homme a purgé ensuite un ensemble de peines pour un total de 30 ans. La justice italienne lui avait reproché 14 assassinats et 7 tentatives de meurtre dans ses activités de tueur à gages. En février 2012, il avait bénéficié d'un congé pénitentiaire et n'avait pas réintégré la prison de Padoue. Il avait été intercepté à Liège puis extradé en Italie. Mardi, il a de nouveau été intercepté à Liège. Selon son avocate, Me Shirley Franck, il n'était pas réellement en fuite lorsqu'il est arrivé sur le territoire belge. Gaetano Trainito a bénéficié d'une libération conditionnelle. La justice italienne souhaite encore lui faire purger une peine d'un an de prison d'une condamnation datant de 1987 et a lancé contre lui un mandat d'arrêt européen. "Gaetano Trainito n'est pas opposé à un retour en Italie pour solder cette condamnation. Mais il s'oppose à une particularité de la procédure qui permettrait à l'Italie de l'incarcérer encore pour d'autres faits", a indiqué Me Shirley Franck. La chambre du conseil doit décider de son sort ce vendredi après-midi. (Belga)

Gaetano Trainito, surnommé "oeil de verre" car il n'a pas d'oeil gauche, travaillait pour l'association mafieuse Stidda Niscemi. Il avait bénéficié du statut de repenti avant d'être condamné par la Cour d'assises de Milan. L'homme a purgé ensuite un ensemble de peines pour un total de 30 ans. La justice italienne lui avait reproché 14 assassinats et 7 tentatives de meurtre dans ses activités de tueur à gages. En février 2012, il avait bénéficié d'un congé pénitentiaire et n'avait pas réintégré la prison de Padoue. Il avait été intercepté à Liège puis extradé en Italie. Mardi, il a de nouveau été intercepté à Liège. Selon son avocate, Me Shirley Franck, il n'était pas réellement en fuite lorsqu'il est arrivé sur le territoire belge. Gaetano Trainito a bénéficié d'une libération conditionnelle. La justice italienne souhaite encore lui faire purger une peine d'un an de prison d'une condamnation datant de 1987 et a lancé contre lui un mandat d'arrêt européen. "Gaetano Trainito n'est pas opposé à un retour en Italie pour solder cette condamnation. Mais il s'oppose à une particularité de la procédure qui permettrait à l'Italie de l'incarcérer encore pour d'autres faits", a indiqué Me Shirley Franck. La chambre du conseil doit décider de son sort ce vendredi après-midi. (Belga)