Le garçon a nié les faits au cours de sa garde à vue, a déclaré aux journalistes le procureur de la République à Montpellier, Christophe Barret. Mais "nous avons de bonnes raisons de penser que les relations sexuelles", mises en évidence par l'autopsie, "n'ont pas été consenties" et qu'"il lui a donné la mort", a-t-il dit en évoquant "des traces de strangulation". Le jeune homme, également pensionnaire du centre pour enfants et jeunes en difficulté de Campestre, à Lodève, avait été placé en garde à vue vendredi en fin de soirée, peu de temps après la découverte du corps dissimulé sous des vêtements dans la lingerie de l'établissement. Sans antécédent judiciaire et décrit comme un garçon sans problèmes, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité "sauf si l'excuse de minorité est retenue". Dans ce cas, il risque 20 ans de prison, a précisé le magistrat. (Belga)

Le garçon a nié les faits au cours de sa garde à vue, a déclaré aux journalistes le procureur de la République à Montpellier, Christophe Barret. Mais "nous avons de bonnes raisons de penser que les relations sexuelles", mises en évidence par l'autopsie, "n'ont pas été consenties" et qu'"il lui a donné la mort", a-t-il dit en évoquant "des traces de strangulation". Le jeune homme, également pensionnaire du centre pour enfants et jeunes en difficulté de Campestre, à Lodève, avait été placé en garde à vue vendredi en fin de soirée, peu de temps après la découverte du corps dissimulé sous des vêtements dans la lingerie de l'établissement. Sans antécédent judiciaire et décrit comme un garçon sans problèmes, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité "sauf si l'excuse de minorité est retenue". Dans ce cas, il risque 20 ans de prison, a précisé le magistrat. (Belga)