La convention signée entre l'UMons et l'hôpital Ambroise Paré en octobre 2012 porte sur la mise sur pied d'un centre de recherche mixte entre les deux institutions. "Cette convention concerne dans les faits deux thèses doctorales qui sont en cours de réalisation", a indiqué le professeur Jean-Marie Colet, chef du service de biologie humaine et de toxicologie de l'UMons, en charge du suivi des deux thèses doctorales. "La directrice du service de recherche a eu un simple rôle de communication pour l'hôpital dans cette convention qui a été signée par le président du conseil d'administration d'Ambroise Paré, Nicolas Martin, et le recteur de l'UMons, Calogero Conti. La convention favorise notamment le volet administratif dans les échanges entre les deux institutions. Le dossier actuel qui concerne la directrice de recherche n'aura aucune influence sur la validité et la poursuite de la convention", a conclu le professeur montois. La directrice du service de recherche de l'hôpital Ambroise Paré à Mons n'était pas médecin. La situation a duré pendant quatre ans, a-t-on appris vendredi. L'hôpital a mis un terme immédiat à sa collaboration avec l'intéressée. (Belga)

La convention signée entre l'UMons et l'hôpital Ambroise Paré en octobre 2012 porte sur la mise sur pied d'un centre de recherche mixte entre les deux institutions. "Cette convention concerne dans les faits deux thèses doctorales qui sont en cours de réalisation", a indiqué le professeur Jean-Marie Colet, chef du service de biologie humaine et de toxicologie de l'UMons, en charge du suivi des deux thèses doctorales. "La directrice du service de recherche a eu un simple rôle de communication pour l'hôpital dans cette convention qui a été signée par le président du conseil d'administration d'Ambroise Paré, Nicolas Martin, et le recteur de l'UMons, Calogero Conti. La convention favorise notamment le volet administratif dans les échanges entre les deux institutions. Le dossier actuel qui concerne la directrice de recherche n'aura aucune influence sur la validité et la poursuite de la convention", a conclu le professeur montois. La directrice du service de recherche de l'hôpital Ambroise Paré à Mons n'était pas médecin. La situation a duré pendant quatre ans, a-t-on appris vendredi. L'hôpital a mis un terme immédiat à sa collaboration avec l'intéressée. (Belga)